Panorama de la traduction aux États-Unis : les défis du métier en 2017

Clément Solym - 18.12.2017

Edition - Economie - traduction métier revenus - traducteurs Etats-Unis - panorama traduction auteurs


L’Authors Guild, organisation représentative des auteurs aux États-Unis, a présenté une étude, en fin de semaine passée, portant sur les conditions de travail des traducteurs. Et le défi est de taille pour la profession : sur 205 répondants, seuls 14 d’entre eux assurent que 100 % de leurs revenus proviennent du travail de traducteur. 


Literary Translation Centre - London Book Fair 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Depuis cinq ans que l’enquête de l’Authors Guild établit un panorama des revenus d’auteurs, les résultats de 2017 sont les plus préoccupants. En effet, près de 80 % des traducteurs ayant répondu gagnent moins de la moitié de leur salaire en réalisant des traductions. Si l’AG examine la rémunération des écrivains depuis plusieurs années, cette étude sur les traducteurs serait la première du genre. 

 

Elle fait apparaître que les conditions de travail de la profession sont particulièrement pénibles et précaires. Pour y remédier, l’AG planche actuellement sur un contrat type pour la stricte traduction littéraire, qu’elle espère déployer au début de l’année prochaine. Ce contrat intégrera le devenir des traducteurs, qui profiteront alors d’un modèle de contractualisation équitable, souligne l’AG.

 

Dans les faits, 65 % des traducteurs littéraires ont gagné moins de 20.000 $ par an, et seuls 8 % enregistrent des revenus de l’ordre de 60 à 100.000 $. Des conditions financières douloureuses, d’autant que les conditions de travail ont radicalement changé au cours des cinq dernières années, apprend-on. 

 

On y découvre par ailleurs que 66 % des traducteurs ne conservent pas leurs droits d’auteurs, généralement parce que l’éditeur refuse ce type de négociation. L’AG souligne, dans sa conclusion, que l’éditeur ne possède pas naturellement les droits de ces textes : « Ils continuent de croire, à tort, qu’ils doivent disposer des droits de la traduction pour gagner de l’argent. Nous poursuivrons notre exercice pédagogique pour corriger cette croyance erronée. »

 

Traduire Harry Potter et les autres :
les enfants découvrent l'écriture

 

Du reste, 59 % des répondants sont des femmes, contre 37 % des hommes – le reste n’a pas souhaité se prononcer. Les résultats montrent par ailleurs peu de différence de traitement salarial entre hommes et femmes. Le découpage s’opère de cette manière :

 

32 % ont gagné moins de 10 000 $

33 % ont gagné entre 10 000 et 20 000 $

18 % ont gagné 20 000 $ à 30 000 $

9 % ont gagné entre 30 000 $ et 60 000 $

4 % ont gagné 60 000 $ à 80 000 $

4 % ont gagné entre 80 000 et 100 000 $

Moins de 1 % gagnait plus de 100 000 $

 

La plupart des répondants indiquent qu’entre 2012 et 2015, leurs revenus n’ont que peu changé. Mary Rasenberger, directrice exécutive de l’Authors Guild, précise : « Le plaidoyer en faveur des traducteurs littéraires est de plus en plus important pour nous. Nombre de nos membres sont à la fois auteurs et traducteurs et avec le nombre croissant de livres traduits chaque année, ainsi que la médiatisation de bien des titres, il est important que nous comprenions le paysage. »

 

Suède : le groupe Bonnier accusé de brader
le travail des traducteurs

 

Réalisée en collaboration avec l’American Literary Translators Association, l’American Translators Association’s Literary Division, et le PEN America Translation Committee, l’enquête servira de référence pour les prochaines années. Les résultats complets sont exposés ci-dessous.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.