Paris-Bucarest-Paris : un aller-retour sans fin

Minh Phan - 23.03.2013

Edition - International - Paris - Bucarest - littérature


Force est de constater que Emil Cioran, Benjamin Fondane, ou Eugène Ionesco restent et resteront des géants de la littérature par leur génie rayonnant. La Roumanie, est l'invitée d'honneur pour ce 33e Salon du livre. À cette occasion, c'est le moment de mettre la lumière sur la littérature roumaine, qui est en plein essor bien que la dictature hante toujours les auteurs contemporains. 

 

 

 

 

Dans le cadre de l'exposition « PARIS-BUCAREST-PARIS », trois grands écrivains, Marius Daniel Popescu, Dumitru Tsepeneag, et Matei Visniec mettent un grand coup d'éclairage sur leur attachement à la langue française.

  

Si la littérature roumaine se porte bien aujourd'hui, cela s'explique par une large traduction française. S'opère alors une alchimie qui crée un fort lien entre les auteurs roumains et les éditions françaises. Mais certains d'entre eux écrivent directement en français. C'est le cas de Marius Daniel Popescu, pour ses deux romans, La Symphonie du loup et Les Couleurs de l'hirondelle

 

Matei Visniec, dramaturge et journaliste à RFI, a écrit lui aussi une trentaine de pièces en français. « Si ses racines sont en Roumanie, ses ailes sont en France », rapporte le Magazine Littéraire.

 

Ces figures nées en Roumanie ont des affinités profondes avec le pays et la langue de Molière. C'est le cas de Dumitru Tsepeneag. Il parle de sa fascination qu'il a pour Paris, lors de son séjour en 1975. Car pour ce poète, chef de fil de l'onirisme, c'est un lieu de « réalisation de soi », un endroit où l'on peut « s'affirmer et être homologué de par les musées et autres institutions artistiques et culturelles... ».

 

Cependant,  M.D.Popescu souligne l'idée selon laquelle « aimer (une) langue, c'est une chose. L'écrire, c'en est une autre ». Pour cause, et selon Matei Visniec : « … l'ordre des mots émotionnels ne correspond en général pas à l'ordre des mots grammaticaux... » Mais qu'importe, chacun trouve « sa propre langue d'écriture et son propre écriture » (D. Tsepeneag.).

 

Plus de 20 ans après le régime de Ceaucescu, la dictature est toujours présente dans  l'esprit de ces auteurs roumains. Si les écrits des années 1970 et 1980 relataient l'exil et la dictature, la période contemporaine, au contraire, décortique et analyse les conséquences de ce mode de gouvernement d'inspiration marxiste-léniniste. 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.