Paris : la fermeture de la bibliothèque Château d'Eau remise en question

Antoine Oury - 17.02.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèque Château d'Eau - Conseil de Paris voeu - Château d'Eau fermeture


La fermeture de la bibliothèque Château d'Eau, d'abord présentée comme un fait accompli par la Mairie de Paris, aura finalement été remise en question, d'abord par les élus du 10e arrondissement, puis, hier, par le Conseil de Paris. Le vœu des élus PS et écologistes, qui réclame une évaluation avant toute fermeture de l'établissement, a été adopté, tandis que les Républicains et communistes en avaient chacun déposé un autre, un peu plus franc du collier. Quoi qu'il en soit, l'avenir de la bibliothèque reste sous surveillance.

 

La Mairie du 10e, qui abrite la bibliothèque Château d'Eau (via Google Maps)

 

 

La Mairie de Paris avait fait part de sa décision à la fin du mois de décembre : Château d'Eau était voué à la fermeture, d'ici la moitié de l'année 2016, en raison d'une forte chute de sa fréquentation. L'ouverture de la médiathèque Françoise Sagan, dans le même arrondissement, faisait office d'explication : les prêts avaient connu une importante chute depuis l'ouverture de cet important établissement.

 

« Si l'on compare l'évolution des prêts de Château d'Eau entre 2014 et 2015, on constate une baisse moyenne de 30 % sur ces derniers mois, avec - 36 % en octobre et - 30 % en novembre. En 7 mois, Château d'Eau enregistre 26.000 prêts, la moitié de ce que Sagan enregistre en un mois. », expliquait alors le directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris à ActuaLitté.

 

Les représentants des personnels et syndicats avaient contesté cette analyse, effectuée selon eux « à la va-vite » sur seulement quelques semaines de cohabitation, qui plus est au cours d'une période particulièrement difficile, entre les vacances d'été et les attentats parisiens. 

 

Des élus du 10e arrondissement s'étaient rangés de leur côté à l'occasion d'un conseil municipal : les élus communistes Didier Le Reste, Dante Bassino et Dominique Tourte soulignaient le rôle d'établissement de proximité de la bibliothèque Château d'Eau, tandis que Déborah Pawlik, du groupe Les Républicains, réclamait la réalisation d'une étude « par un groupe de travail paritaire sur les possibilités de développement de complémentarités entre les différentes bibliothèques de l'arrondissement ». Seuls les socialistes votaient contre le maintien de l'établissement (en cohérence avec la position du maire socialiste, Rémi Féraud), tandis que les écologistes s'étaient abstenus.

 

Le Conseil de Paris a confirmé l'opposition des élus : socialistes et écologistes se sont entendus pour soumettre un voeu qui a été adopté hier après-midi, sans grande surprise. En voici le détail : 

 

  • que durant les prochains mois, l’activité de la bibliothèque Château d’Eau et les pratiques de ces usagers soient étudiées avec la plus grande attention et que la fermeture prévue de l’établissement soit conditionnée à la poursuite du déclin de l’activité ;
  •  
  • que, le cas échéant, le fonds classique de romans soit transféré à la bibliothèque Lancry (10e), située à proximité, qui ne dispose aujourd’hui que d’une section jeunesse et d’une section discothèque, et ce afin de lui permettre d’améliorer le service offert aux adultes et notamment aux parents accompagnant leurs enfants ;
  •  
  • qu’une solution soit trouvée pour accueillir le fonds d’ouvrages photographiques à la médiathèque Françoise Sagan si possible ou à défaut dans un autre établissement à Paris, comme la médiathèque Edmond Rostand (17e), qui dispose déjà d’un fonds dédié à l’art et dont l’équipe serait très enthousiaste à l’idée d’en renforcer très largement l’attrait en y intégrant les ouvrages sur la photographie de la bibliothèque Château d’Eau ;
  •  
  • que « Les Rencontres photographiques du 10e » continuent à être organisées, avec le concours de la Direction des Affaires Culturelles et de la Mairie du 10e, par une institution culturelle de l’arrondissement, l’équipe du Point Ephémère s’étant dores et déjà portée candidate ;
  •  
  • qu’un accompagnement personnalisé puisse être mis en place par les équipes – notamment les jeunes en service civique – pour les plus fidèles usagers et notamment les personnes âgées et que des visites des bibliothèques avoisinantes leur soient proposées, afin de faciliter la transition.

 

Les élus Les Républicains et communistes avaient chacun proposé un vœu contre la fermeture de l'établissement, qui n'a pas été adopté. Si les vœux des élus reflètent leurs avis, et donc ceux des citoyens, ils ne sont pas contraignants juridiquement pour la municipalité, qui a malgré tout intérêt, politiquement, à les suivre.

 

Certains élus du 10e ne cachent pas leur frustration d'avoir été mis, en décembre, devant le fait accompli, au moment de l'annonce de la fermeture programmée pour juin 2016 aux syndicats. Si le vœu adopté permettra d'évaluer plus en profondeur l'activité de la bibliothèque, la formulation selon laquelle « la fermeture prévue de l’établissement [sera] conditionnée à la poursuite du déclin de l’activité » soulève également quelques critiques : « On peut tout à fait organiser ce déclin de l'activité, et nous serons vigilants sur ce point », souligne un des élus.