Paris : Nathalie Kosciusko-Morizet veut des horaires élargis pour les bibliothèques

Antoine Oury - 05.11.2013

Edition - Bibliothèques - Nathalie Kosciusko-Morizet - bibliothèques - Paris


Quelques mois après sa rivale Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet dévoile à son tour son programme pour la capitale, en vue des municipales de mars 2014. Du côté de la culture, NKM propose un jour de gratuité des musées pour les Parisiens, contre une extension des horaires. Même discours du côté des bibliothèques, dont NKM déplore les réductions d'horaires.

 

 

NKM // Conférence de Presse francaise à l'Ambassade

NKM // Conférence de Presse française à l'Ambassade de France au Japon, en 2009 (Nathalie Kosciusko-Morizet, CC BY 2.0)

 

 

Le moins que l'on puisse écrire, c'est que la candidate UMP doit redoubler d'efforts pour convaincre les Parisiens d'adhérer à son programme pour la capitale, face à la dauphine de Delanoë, Anne Hidalgo. D'abord, parce que les sondages ne sont pas spécialement positifs : dans le XIVe arrondissement, où NKM figure en tête de liste UMP, la candidate serait battue par son adversaire du PS Carine Petit, pourtant moins connue de la population, d'après un sondage de Libération.

 

De plus, Anne Hidalgo a déjà lancé sa campagne depuis quelques mois, rencontrant ainsi les libraires indépendants dès le mois de juillet. À propos des commerces de proximité, NKM reste d'ailleurs plutôt évasive, même si ses propositions concernant l'aménagement des portes vers le Grand Paris pourraient ménager de nouveaux espaces commerciaux et de stationnement, qui font cruellement défaut au centre de la ville. Quoi qu'il en soit, le mot « librairie » n'apparaît pas une seule fois dans le document.

 

Tandis que la Mairie de Paris se trouve de plus en plus régulièrement en porte à faux avec les établissements de prêt, et que le programme d'Anne Hidalgo n'évoquait pas le réseau des bibliothèques, NKM leur réserve un paragraphe, en fin de document :

Concernant les bibliothèques, la tendance actuelle est à la réduction des horaires : au contraire, une culture de proximité doit s'appuyer sur les bibliothèques et les passeurs de culture que sont les bibliothécaires. Il faut donc non seulement les conforter, mais également étendre les horaires d'ouverture des bibliothèques, en semaine et le week-end afin de rendre la culture plus accessible aux Parisiens.

Reste à savoir si « les conforter » signifie un renforcement des effectifs en bibliothèques, ou bien une simple perspective de productivité améliorée.

 

On attend surtout le Salon du Livre de Paris 2014 (du 21 au 24 mars), qui se déroulera juste avant le premier tour des municipales (23 mars)...