Partenariats et franchises : l'objectif Fnac 2015 se déploie

Clément Solym - 13.02.2012

Edition - Economie - Fnac - franchises - partenariats


Depuis maintenant quelques jours, la Direction Générale de la Fnac a changé de tête. Enrique Martinez prendra le poste de DG à compter du 14 février, succédant à Jean-Pierre Champion, qui était en place depuis bientôt une année. Des mutations, à n'en pas douter, qui font suite à l'annonce du grand plan d'Alexandre Bompart, l'actuel PDG...

 

En effet, en juillet 2011, alors qu'Alexandre faisait le jour sur un plan quinquennal qui allait permettre de remettre le distributeur de loisirs culturels sur les rails, il était alors question d'ouvertures de magasins. Et pas qu'un peu, puisque 50 boutiques allaient voir le jour, des magasins de proximité, essentiellement. 

 

Pour mieux comprendre l'enjeu, il s'agissait d'aller chercher sur le terrain des établissements culturels Leclerc, avec des superficies réduites, mais toujours dans une situation géographique à la périphérie de grandes agglomérations. Leclerc, pour sa part, vise les moyennes agglos, mais le principe resterait le même : se déployer sur des surfaces de petite taille.

 

 

 

Ainsi, une cinquantaine de boutiques étaient prévues dans ce projet, d'abord en propre, expliquait le PDG, puis en franchises. Des espaces de 300 m2, qui seront désormais une réalité, laquelle va s'accompagner de partenariats.

 

Donc, d'un côté, Enrique Martinez, qui prend cette place de DG, après avoir occupé le poste, depuis 2008, de DG en Espagne, et également au Portugal, et qui sera donc le chargé de la mission Fnac 2015.

 

D'autre part, Manuel Biota, qui se voit confier le rôle d'accompagnateur pour les franchises et les partenariats, après avoir travaillé sur ces éléments, chez Carrefour. Les premières boutiques franchisées sortiront d'ici la fin de l'année 2012. 

 

Rappelons également que mi-janvier, Fnac a officiellement fait savoir que 500 suppressions de postes, dont 310 en France, allaient avoir lieu. Un plan de reconquête de son économie, mais également, la perspective de futurs dividendes, pour un actionnariat qui n'en percevra pas pour l'année 2011.  « Avec ce plan de suppression de postes, nous restons dans la perspective de la stratégie Fnac 2015 », avait alors précisé l'enseigne à ActuaLitté. (voir notre actualitté)