Pas d'auteurs, pas de livres : les créateurs “dans une urgence absolue”

Nicolas Gary - 17.03.2018

Edition - Société - auteurs cotisations sociales - réformes sociales auteurs - gouvernement auteurs urgence


Le Conseil permanent des écrivains (CPE), organise les Etats Généraux du Livre en deux temps. Le premier volet aura lieu le 22 mai à la Maison de la Poésie à Paris et sera consacré aux réformes sociales et fiscales qui visent les auteurs et illustrateurs (hausse de la CSG, réforme de l'Agessa/Mda, réforme du système de retraite, réforme de la formation professionnelle continue, prélèvement de l'impôt à la source). Le deuxième volet des Etats Généraux du Livre se déroulera début 2019.


La Marche des auteurs - Salon du Livre de Paris 2015
manifestation au salon du livre de Paris, en 2015 - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Dans une tribune publiée sur ActuaLitté, les différentes organisations d’auteurs appelaient à une mobilisation générale, en attendant la constitution des Etats Généraux du Livre. Et de souligner quelques évidences qu’il est bon de ne pas perdre de vue.


« Nous, les auteurs de textes et d’images, sommes à l’origine de la vitalité et de la réussite de l’une des premières industries culturelles en France. [… m]ais nous redevenons quantité négligeable dès lors qu’il s’agit de questions économiques ou sociales. »
 

Ces réformes sociales sont au cœur de la protestation, alors que de nouvelles mesures entreront en application à compter du 1er janvier 2019. Il s’agit de dossiers sociaux certes très techniques et spécifiques (compensation de la CSG, réforme du régime social des auteurs, réformes des régimes de retraite, circulaire sur les revenus artistiques, retenue à la source de l’impôt sur le revenu, réforme de la formation professionnelle), mais qui n’en pèseront pas moins sur la vie des créateurs. 
 

Les auteurs en colère proposent des États généraux du Livre


Il convient en effet de souligner que les auteurs ne sont pas rémunérés comme les autres actifs : ils ne perçoivent les revenus de la vente des livres qu’une fois par an, entre trois et six mois après que leur éditeur a arrêté les comptes. Un exemple parmi d’autres que les pouvoirs publics devront prendre en compte.
 

#PayeTonAuteur : après la révolte contre Livre Paris,
la plateforme solidaire

 

Pour inciter le gouvernement à prendre en compte la nécessité d’un dialogue avec les organisations représentatives, et dans l’attente des Etats généraux qui interviendront le 22 mai, une pétition est mise en ligne

 

 



 

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.