Pas de Prix Nobel pour Leslie Murray, ni de maudite célébrité

Clément Solym - 04.05.2010

Edition - Société - résompense - reconnaissance - poète


Tombé dans la poésie à l'âge de 18 ans, Leslie Murray, plus de 70 ans plus tard ne s'est pas départi de cette compagne. « Il y a toujours plus à écrire. Je n'ai pas rédigé tous les poèmes encore. Et quand je serai mort et enterré, il y en aura bien d'autres qui les rédigeront », plaisante le poète, âgé de 71 ans.

Il aura vu le jour au début de la Seconde Guerre mondiale, et pour Leslie, d'origine australienne, vivant aujourd'hui sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud, l'impulsion première fut la peinture. « Mais je ne pouvais pas peindre. » Puis vint le temps du roman. « Mais je me trouvais ennuyeux. » C'est alors que les portes de la poésie s'entrouvrirent...

Toujours aussi passionné par les mots et leur magie, le poète se méfie cependant « de la célébrité dévorante ».

Celle qui viendrait par exemple s'il était consacré par un Prix Nobel de littérature, ou plus localement par le titre australien de poet laureate. Depuis des années maintenant, il est mentionné par les bookmakers du pays, et au mois de novembre, son nom revient. Sans que cela ne l'émoustille pour autant.

« Cela ne signifie rien pour moi. J'ai le sentiment que ce serait un énorme désastre dans ma vie et que cela vous transforme en maudite célébrité. »

Crédit photo Wikipedia