Pas de "solution miracle" pour lutter contre le piratage en ligne

Julien Helmlinger - 06.06.2013

Edition - International - Lutte contre le piratage - Copyright - Maison Blanche


En marge du World Creators Summit, qui se tenait les 4 et 5 juin à Washington, la coordinatrice de la Maison Blanche chargée de faire appliquer les lois en matière de propriété intellectuelle, Victoria Espinel, s'est exprimée quant aux enjeux de la lutte contre le piratage en ligne. Selon elle, la lutte contre la contrefaçon nécessitera le déploiement d'un large éventail d'outils et d'approches, non seulement législatifs, mais passant également par la continuité des collaborations volontaires avec les fournisseurs d'accès à internet (FAI), les annonceurs, et autres sociétés de cartes de crédit ou d'enregistrement de domaines. 

 

 

Victoria Espinel, crédits : Maison Blanche

 

 

Dans l'optique d'inciter les entreprises concernées à prendre leurs responsabilités dans la lutte contre les pirates du web, le gouvernement américain par l'intermédiaire de son représentant Lamar S. Smith, avait présenté un projet de loi baptisé Stop Online Piracy Act (SOPA). Un durcissement qui aurait obligé ces acteurs numériques à cesser leurs affaires avec les sites soupçonnés de pratiques hors-la-loi, mais cette entreprise législative s'est finalement soldée par un non-lieu au cours du mois de janvier 2012. En dépit d'avoir suscité l'appui d'organes comme la RIAA et la MPAA.

 

L'abandon du projet a conduit certains défenseurs de la propriété intellectuelle à conclure que la partie législative n'était pas la seule arme à privilégier dans leur combat. Le député virginien Bob Goodlatte, président de la Commission judiciaire de la Chambre, a récemment déclaré que la protection des droits d'auteur pouvait en outre être soutenue par d'autres voies, notamment par le biais d'accords volontaires avec le secteur privé et la collaboration avec d'autres pays.

 

L'idée d'une approche multi-directionnelle qu'a également défendue Victoria Espinel à l'occasion de son discours d'ouverture du dernier World Creators Summit, consciente qu'il n'existait pas de « solution miracle », et ajoutant : « Nous croyons que si nous ciblons les violations en utilisant une variété de méthodes et d'outils en même temps, nous pouvons faire des progrès, réduire la contrefaçon en ligne et protéger la créativité de nos artistes comme ceux du monde entier tout en soutenant les avantages apportés par internet

 

Si les initiatives impliquant le secteur privé, à la manière de la convention Six Strikes débutée en février, sont destinées à se multiplier, la coordinatrice de la Maison Blanche assure que celles-ci se doivent néanmoins de respecter : « la vie privée, un procès équitable, la liberté d'expression et de concurrence ».

 

Reste que les consommateurs, pour se sentir réellement protégés par ce type de dispositifs parfois perçus comme de véritables mouchards, attendent sans doute qu'ils soient appliqués en toute transparence.

 

Via TorrentFreak.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.