Paul Auster aura troqué sa batte de baseball pour un stylo

Clément Solym - 24.01.2009

Edition - Société - Paul - Auster - Baseball


Comment une enfance peut-elle être si simplement traumatisée et toute une vie d'écriture ne tenir qu'à une fraction de seconde.

« Après le match, j'ai reconnu Willie Mays. J'étais terrorisé, mais j'ai pris mon courage à deux mains. Je lui ai demandé un autographe, mais là, catastrophe… il n'avait pas de crayon, je n'en avais pas non plus et personne autour de nous ne pouvait nous en prêter. Mays s'est excusé : "Désolé fiston, pas de crayon, pas d'autographe" a-t-il dit avec bon sens. Puis il a quitté le stade et a disparu dans la nuit… »

Cette anecdote troublante de Paul Auster est tirée de l'interview que nos confrères du Monde ont réalisée avec le plus français des New-Yorkais (probablement même devant Woody Allen).

Pour profiter d'un bref compte-rendu, on se rendra à cette adresse... Sinon, on la retrouvera en vidéo ci-dessous.