Paulo Coehlo : « Je suis plus populaire que Madonna »

Clément Solym - 27.09.2011

Edition - Les maisons - aleph - coehlo - sagesse


Paulo Coehlo vient d'accorder une interview au NY Times. L'interview était censée présenter son nouveau livre Aleph, mais a rapidement dérapé vers son usage intensif des réseaux sociaux, où l'auteur est surpris d'être autant suivi et commenté. Il ne pourrait vivre sans les commentaires de ses lecteurs.

 

Paulo Coehlo a déjà vendu plus de cent millions de livres dans le monde entier et a vu l'Alchimiste traduit en 66 langues, sans compter les ventes et traductions pirates. Il dit en être toujours surpris : « Il y a toujours 10 000 explications pour un échec, mais aucune pour le succès. »


Une communauté solide

Il est très apprécié de ses lecteurs car il communique énormément avec eux et a favorisé l'émergence d'une communauté de commentateurs et de traducteurs de ses propos qui le rendent concrètement accessible à beaucoup de monde.


6 000 000 personnes le suivent sur Facebook et 2 400 000 sur Twitter, ce qui semble un peu l'effrayer : « J'ai regardé le profil de Madonna l'autre jour, et elle a moins de fans que moi. C'est incroyable. »

 

Cependant il est très confiant dans son succès et dans l'engouement des fans, ce qui l'a aidé à commencer à publier ses œuvres lui-même sur Internet : « Mes ventes montaient et montaient. Un jour j'étais à une conférence high-tech et je l'ai annoncé. »


De la promo gratuite
 

Aujourd'hui il déclare sur Twitter : « Ce n'est pas du vol. Quand vous regardez une bande-annonce, vous vous décidez à regarder le film ou pas. Personne ne lit sur écran. » Après quelques remontrances sèches de sa maison d'édition américaine, l'accord aux États-Unis a été de donner accès gratuitement à un livre par mois, pour éviter le piratage.

 

Ses écrits sont dans une langue simple et sa sagesse est une sorte de syncrétisme des sagesses populaires qu'il a pu croiser, ce qui explique en partie son succès. Aleph sera un récit autobiographique de son voyage en Asie en 2006 dans le Transsibérien : « Tout ce qui y est réel est réel. J'ai beaucoup résumé. Mais je vois le livre comme un récit de voyage et non pas comme une fiction. »

 

Aleph, la lettre de l'alphabet hébreu, est le moment où « tout se fond dans une seule chose ». Promesse d'une lecture rêveuse accompagnée par la bonhomie du personnage.

 

L'interview originale et la version traduite

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.