Paulo Coelho organise un don massif de ses livres en Afrique

Antoine Oury - 06.06.2019

Edition - International - Paulo Coelho don livres - Paulo Coelho livres - Paulo Coelho Afrique


L'écrivain brésilien Paulo Coelho entend lutter contre la « famine littéraire », à son échelle. Donateur régulier de livres à des organisations et établissements scolaires dans plusieurs pays d'Afrique, il a décidé de mettre en place l'opération #BooksForAfrica afin de mieux coordonner les efforts. L'auteur de L'Alchimiste souhaite acheter ses ouvrages à ses éditeurs avant de les expédier sur le continent, en se concentrant, pour commencer, sur l'Afrique subsaharienne.

Paulo Coelho - Frankfurt Buchmesse
Paulo Coelho à la Foire du Livre de Francfort, en 2014 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Le 30 mai dernier, Paulo Coelho, fort de ses 15,4 millions d'abonnés sur Twitter, lance un appel : « Je recherche des volontaires pour m'aider à distribuer mes livres dans les pays africains, notamment dans l'arrière-pays. Je vais acheter les livres auprès de mes éditeurs et les donner gracieusement aux écoles et aux bibliothèques. [...] Quiconque propose son aide, Dieu vous garde », indique l'auteur dans son message.
 

Pour le moment, précise Coelho, l'opération se concentre sur l'Afrique subsaharienne : les résultats ont dépassé ses espérances, a priori, puisque le 4 juin, 5 jours avant la date qu'il avait prévue, Paulo Coelho a annoncé mettre fin à son appel à contributions face au flot de réponses reçues.

« [N]ous avons déjà reçu bien plus de messages que notre capacité (et celle des maisons d'édition anglaise et française) à les gérer. Nous ferons un nouvel appel dans l'année », promet l'auteur brésilien.
 


Contacté par email, Paulo Coelho nous rappelle qu'il réalise des dons de livres à destination des pays africains depuis plusieurs années. « Mais ne pouvoir compter que sur quelques volontaires présente parfois des difficultés », explique-t-il, « raison pour laquelle j'ai décidé de lancer une campagne en utilisant mes réseaux sociaux ».
 

Lutter contre les difficultés d'accès aux livres


Les difficultés d'accès aux livres dans les pays africains, soulignées dans plusieurs témoignages reçus par l'auteur, l'auront finalement décidé à mettre en branle un réseau de distribution plus large : « Samedi dernier, j'ai rencontré un lecteur du Congo qui m'a expliqué qu'il était possible d'acheter mes livres à la sauvette, dans la rue, même pendant la guerre. Mais il a aussi déploré la difficulté de se les procurer en dehors de la capitale. »
 
« Merci à Paulo Coelho et HarperCollins pour ce don de 1000 exemplaires de ses livres à envoyer au Ghana ! »


Pour le moment, l'appel lancé par Paulo Coelho promet une mobilisation de quelque 1824 volontaires, qui pourraient prendre en charge 300.000 exemplaires. Les titres concernés sont ceux pour lesquels Paulo Coelho est le propriétaire des droits de traduction, à savoir Comme le fleuve qui coule (paru en français en 2006 dans une traduction de Françoise Marchand-Sauvagnargues chez Flammarion) et The Supreme Gift (paru en 2016, inédit en français).

Plusieurs organisations, notamment l'Alliance internationale des éditeurs indépendants et l’Association Internationale des libraires francophones, sensibilisent l'opinion sur l'impact des dons massifs de livres vers le continent africain : bien que motivés par de bonnes intentions, ces dons auraient un impact néfaste sur la vente de livres et le développement d'un secteur de l'édition local. 
 
Renforcer et développer les bibliothèques
africaines, un enjeu de société

« Il serait ainsi préoccupant que des opérations de dons viennent fragiliser l’écosystème local ; il serait regrettable que ces opérations ne prennent pas en compte le travail et les partenariats mis en place par les collectifs professionnels d’éditeurs et de libraires, au niveau national et international, depuis plusieurs années », expliquaient ainsi les deux organisations.

Interrogé par ActuaLitté, Paulo Coelho répond qu'« il n'y a pas de librairie dans l'arrière-pays » et que les ouvrages seront uniquement envoyés aux écoles et aux bibliothèques. Contactées, les maisons d'édition françaises des ouvrages de Paulo Coelho, Flammarion et J'ai Lu, n'ont pas encore donné suite à nos questions.



Commentaires
Bonjour, j'ai moi-même eu l'idée d'envoyer des livre en française pour ouvrir une bibliothèque francophone à Alger, en Algerie et en Afrique.

Mais j'ai beaucoup de problème de dossiers et je n'arrive pas à les régler. J'ai déjà collecté, trié, rangé, plus d'une centaine de cartons. Après des allers-retours à Alger, rencontré des personnes importantes de la culture....Après avoir eu leur accord.... statuco.....

je ne sais plus à qui m'adresser. Je suis ravie de votre projet et je pourrai peut-être me joindre à vous pour avancer dans ce projet qui me tient à cœur. J'aimerai avoir une réponse que l'on puisse travailler. ensemble on sera plus fort. Je ne baisserai pas les bras. La culture avant tout.
Bonjour ,

Nous sommes disposés à vous aider à acheminer ces livres vers alger où j’habite. Je peux coordonner votre action avec des associations locales.
Bonjour

Je pars de Toulouse vers Alger le 15 juin

Donnez vous des colis à emporter

Cordialement Emmanuel
Bonjour, qu'il plaise à ceux qui ont le contact de cette initiative ou d'autres similaires de nous mettre en contact car nous sommes en train de créer un centre culturel pour les jeunes à l'est de Kinshasa, ville surpeuplée avec très peu d'infrastructures culturelles. Nous avons besoins de romans, essais, biographies, art ou autres à caractères généraux, mais aussi de la littérature pour enfants et BD pour attirer les jeunes. Nous pensons également organiser des cours sur le saxo, trompette et autres instruments à vent dont l'usage s'est perdu dans la musique de la jeunesse congolaise actuelle par le disparition progressive de ces instruments difficiles à acquérir. Nous voulons promouvoir le droit et l'accès à la culture. Merci à tout donateur ou mécène éventuel pouvant nous joindre à avocatsrr@gmail.com
Très belle initiative Olivier, dans quel quartier comptez-vous vous installer ? Pouvez-vous me tenir au courant de l'évolution de votre projet ? D'avance, je vous en remercie !
Waou, idée génial! J'ai prête son livre" L'alchimiste" à une collègue de service ici au Burkina Faso, je voudrais payer ce livre pour l'avoir personnellement sur moi mais hélas, il est très rare ici au Burkina surtout en dehors de Ouagadougou, la capitale! Comment faire???
En Guinée aussi nous en avons besoin des ces initiatives pareilles.

On est prêt et déterminé pour recevoir ces livres.
Le don de livres sauvage est un fléau pour les éditeurs africains. La réponse de Paulo Coelho aux objections passe à côté de la question : cet argent pourrait financer l'achats d'ouvrages des éditeurs africains. En plus, il préselectionne lui-même les livres donnés alors qu'il faudrait mieux les choisir en concertation avec les populations réceptionnaires de ces livres.
Je me permets de citer un article du Monde à ce sujet:



« Les chiffres parlent d’eux-mêmes : un seul hôtel peut recevoir jusqu’à 4 000 livres gratuits par an, quand un livre édité à Madagascar est tiré à 500 exemplaires en moyenne. C’est d’autant plus grave qu’il n’y a que 5
Membre d'une association des enseignants de mon arrondissement, nous avons l'intention de distribuer les livres dans les établissements. Contact facebook: Association des enseignants Bisso'o
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.