Pays-Bas : Les librairies Selexyz rachetées pour 3,5 millions €

Clément Solym - 11.04.2012

Edition - Librairies - Pays-Bas - librairies - rachat


La chaîne de librairies néerlandaise Selexyz était au bord de la faillite, avec l'impératif d'un redressement. Le 27 mars dernier, un dépôt de bilan venait mettre un terme à cette situation, mais l'administrateur, Jan Dingemans, estimait que les chances de retrouver un repreneur étaient bonnes. Et que l'on pourrait ainsi sauver les 16 établissements du pays.

 

C'est que le Selexyz Dominicanen de Maastricht avait été qualifié de plus belle librairie au monde par le Guardian, et la situation financière de la chaîne frôlait malgré tout la catastrophe. Depuis l'automne 2011, la dégringolade financière s'accentuait, en dépit des efforts du directeur généra, Matthijs van der Lely et du directeur financier, Menno van den Brand. Leurs différentes mesures pour redresser la barre n'avaient pas abouti, contraignant la société à se mettre en faillite. 

 

 

 

Ils ont par la suite été remplacés par Arnoud Maas et Bart Koops, réputés pour leurs capacités à gérer les situations de crise. 

 

Tous les problèmes de la firme avaient début lorsque la société NPM a annoncé son intention en 2009 de vendre sa participation majoritaire de Boekhandels Groep Nederlands, qui était alors propriétaire de la chaîne Selexyz. Dès lors, 29 établissements universitaires ont été vendus, et 16 librairies restaient, rachetées par Matthijs van der Lely et Menno van den Brand.

 

Mais le repreneur de la chaîne est désormais connu : la société d'investissement ProCures vient de signer pour la reprise des 16 boutiques, avec le projet de combiner les établissements Selexyz et ceux de la chaîne De Slegte. 

 

Le montant du rachat est de 3,5 millions €, et a été réalisé vendredi dernier. Aux Pays-Bas, le réseau de librairies familiales néerlandaises De Slegte dispose de 18 pays, et huit autres en Belgique. Et les deux chaînes sont elles-mêmes présentes dans 13 villes.

 

Si les 16 boutiques de Selexyz resteront ouvertes, on assistera tout de même à la suppression de 140 des 540 postes.