Pearson cède à Bertelsmann ses dernières actions de Penguin Random House

Victor De Sepausy - 18.12.2019

Edition - Economie - Penguin Random House - Pearson John Fallon - Bertelsmann édition littérature


On parlerait presque de Pearxit, dans le cas présent, bien que la décision n’ait rien de politique. Le patron du géant de l’éducation, Pearson, vient d’annoncer qu’il allait prendre sa retraite, bien méritée. Ce qui a pour conséquence de vendre les 25 % que le groupe avait encore dans l’entreprise Penguin Random House. Un renoncement définitif, mais acté depuis plusieurs années au secteur de la littérature.

Penguin Random House - Foire du Livre de Londres 2019
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

John Fallon, directeur général de Pearson, partira donc à la retraite. Et pour accompagner la nouvelle, ce sont les 25 % détenus dans le groupe Penguin Random House qui seront vendus. Cette association, montée avec l’autre géant des médias Bertelsmann, porte à 675 millions le montant du rachat. 

On attend encore de connaître le nom du successeur de Fallon, pour que son départ soit entériné — pour l’heure, annonce la société, les candidatures tant internes qu’externes sont en cours d’évaluation. 
 
Concernant Penguin Random House, on savait que Pearson allait progressivement retirer ses billes — des cessions d’actifs régulières ont eu lieu au fil du temps. Voilà deux ans, 22 % de la joint-venture avaient déjà été cédés. 

L’accord final reste encore soumis aux réglementations, mais définitivement propriété de Berteslmann, le groupe PRH sera la figure de proue de l’édition littéraire à travers le monde. La société avait réalisé quelque 3,67 milliards $ de chiffre d’affaires, et son PDG, Markus Dohle, déclarait récemment à ses salariés qu’ils avaient publié « les meilleurs livres du monde » en 2019.

Pearson, de son côté, a une valeur de 6,6 milliards $, et depuis janvier 2013 que Fallon a pris sa tête, il n’aura eu de cesse que de faire prendre le virage numérique à l’entreprise. « Nous sommes arrivés au stade où il est temps de passer la main à un nouveau leader, qui peut apporter une nouvelle perspective », assure-t-il dans une déclaration officielle.

Au cours de ces six années, la société aura vécu une période longue de restructuration, réduisant ses effectifs de 16.000 personnes — ils seraient aujourd’hui quelque 24.000 employés tout de même.

Entre 2013 et 2018, le chiffre d’affaires a diminué drastiquement, passant de 736 millions £ de bénéfices (le siège est britannique) sur 5,2 milliards £ de chiffre d’affaires, à 4,1 milliards £ de CA pour 546 millions £ de bénéfices.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.