Pearson évoque la santé délicate des éditions Penguin

Clément Solym - 30.10.2012

Edition - Economie - Penguin - Pearson - fusion


Alors que le rapprochement entre les deux groupes Bertelsmann et Pearson a été confirmé hier, on se dirige donc vers la création, mi-2013, d'une super structure, sobrement baptisée Penguin Random House. Mais l'éclairage porté sur la célèbre maison au Manchot a également incité Pearson, son actuel propriétaire, à quelques commentaires.

 

 

 

 

Ainsi, rapporte le Guardian, Penguin a accusé une baisse de son chiffre d'affaires au cours des neuf premiers mois de l'année, en dépit d'une croissance continue des ventes de livres numériques. L'éditeur estime à 35 % la progression, au cours du 3e trimestre, en relation avec l'an passé. 

 

Cependant, les 2 % de pertes de CA annoncées ont pu être rattrapées par le succès de Fifty Shades of Grey, le roman à succès de la Britanniques EL James. 

 

Pour Marjorie Scardino, directrice exécutive de Pearson, la dynamique actuelle des marchés permet de conserver une solide confiance, en se tournant vers l'avenir. Et ce, bien que le commerce de manuels scolaires, fer de lance de Pearson, et qui représente 75 % de son chiffre d'affaires, ait ralenti. 

 

Tous les pans de cette activité ont diminué outre-Atlantique, avec une baisse de 3 % au global. Mais arrive le 4e trimestre, « toujours une saison clef dans les ventes, pour l'éducation et l'édition grand public », estime Pearson. « Nous nous attendons à ce que les conditions du marché restent difficiles, mais nous considérons qu'il est possible de maintenir notre dynamisme commercial solide du 3e trimestre. »

 

Quant à la fusion avec le groupe Random House, propriété de Bertelsmann, elle n'interviendra pas de sitôt. Surtout que Rupert Murdoch, magnat des médias, avait formulé le projet de racheter les éditions Penguin ; pour l'heure, il n'a pas fait de commentaire sur le rapprochement annoncé des deux structures.