Pécresse parle de la réforme du CNRS au conseil scientifique

Clément Solym - 18.06.2009

Edition - Société - pécresse - réforme - cnrs


La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche s'est rendue lundi au Conseil scientifique du CNRS qui est en charge d'examiner le contrat d'objectif et de moyen entre le CNRS et l'État.

Elle a déclaré que pour 2010 elle aura un budget augmenté de 1,8 milliard d'euros, dont 800 millions réservés à la recherche. concernant la réforme du CNRS, l'AFP indique qu'elle a promis que des moyens « viendront accompagner la réorganisation en instituts ».

Elle a affirmé : « Pour 2010, il est encore trop tôt pour vous donner des chiffres, mais je suis prête à prendre, dans le cadre du contrat d'objectifs, des engagements sur les moyens nouveaux qui seront attribués au CNRS dés 2010 », et a rappelé que « l'emploi sera maintenu en 2010 comme en 2011, au CNRS comme dans tous les organismes de recherche ». Elle a aussi rappelé que le CNRS a « la possibilité d'avoir 390 recrutements plus 90 chaires, soit 480 nouveaux chercheurs dans vos laboratoires dés cette année ».

Par contre, elle a insisté sur l'importance dans la réforme d'une « évaluation externe et indépendante » des instituts. Celle-ci devrait être faite par l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES). Elle a toute fois concédé être prête à engager des discussions « avec l'AERES pour améliorer encore ses méthodes d'évaluation, mais le principe d'une évaluation externe sur la base de critères incontestables doit être conforté ».

Elle a aussi défendu l'idée principale (et polémique) de la réforme, à savoir la réorganisation du CNRS en dix instituts, dont un serait réservé aux sciences et technologie de l'information. Si elle reconnaît que ce dernier « fait débat », Valérie Pécresse affirme tout de même « j'y suis très attachée».