Pédophilie et prêtres catholique : le cardinal Ratzinger en lutte

Clément Solym - 05.02.2012

Edition - Les maisons - église catholique - pédophilie - prêtres


La lutte de l'église contre les cas de prêtres pédophiles tenait déjà à coeur du cardinal Joseph Ratzinger, qui n'était pas encore le Pape Benoît XVI. Or, selon un livre de Bernard Lecomte, publié cette semaine, le futur pape avait, dès 1988, tenté d'avertir sa hiérarchie et de faire bouger les choses.

 

Les derniers secrets du Vatican, le livre de Bernard Lecompte, pencherait donc pour les secrets les plus inavouables. Selon lui, « jamais le pape polonais n'aurait couvert de tels crimes avérés ; mais il aurait tout fait, certainement, pour que cette scabreuse affaire soit instruite à l'intérieur de l'Église ».

 

Et pourtant, l'Eglise de Jean-Paul II a découvert par centaines des cas de prêtres pédophiles, devenant une risée, autant qu'une honte à dissimuler. Parfois par tous les moyens.

 

 

 

Or, rapporte Bernard Lecompte, le cardinal Ratzinger s'était ému de cette situation, demandant en janvier 88 que l'on puisse mettre en place une procédure simplifiée et plus rapide, pour lutter contre les prêtres accusés. Accusés... mais pas reconnus coupables... Un monde que l'univers catholique n'est peut-être pas à même de comprendre, tous coupables, de naissance, que nous sommes... 

 

Cependant, le biographe assure que Karol Wojtyla, le futur JP II savait se méfier de pareilles accusations, puisque durant le régime communiste en Pologne, pour discréditer un écclésiste, il suffisait de le faire passer pour  « débauché, pervers ou voleur ». 

 

Retrouver ce livre, sur Comparonet

 

Ratzinger se mit en campagne, mais « alerté par ses propres services dès 1998, s'est heurté à ce déni général, et ce n'est qu'en 2004 qu'il a fini par diligenter une enquête officielle sur Maciel ». Martial Maciel, fondateur de des Légionnaires du Christ, bel exemple de ce que l'Eglise a pu abriter en son sein.

 

Un départ tardif, certes, mais dont on n'a pas particulièrement non plus senti qu'il était suivi ces derniers temps par des actions fortes...