PenelopeGate : le Parquet ouvre une enquête, une auteure menacée

Clément Solym - 26.01.2017

Edition - Justice - Penelope Fillon emploi fictif - enquête parquet emploi fictif - Penelope Fillon affaire


L’article du Canard enchaîné a littéralement déchaîné la presse : accusée d’avoir été rémunérée pour un emploi fictif d’assistante parlementaire, Penelope Fillon faisait l’objet de toutes les attentions. 500.000 € de revenus bruts pour un job qui n’aurait pas existé... Le Parquet national financier a décidé d’ouvrir une enquête.

 

EPP Summit, Brussels; October 2014

European People's Party, CC BY 2.0

 

 

Évidemment, François Fillon, candidat à la présidentielle pour Les Républicains, a assuré qu’il souhaitait être entendu dans les meilleurs délais. Son intention de « rétablir la vérité » se double d’une volonté de « mettre un terme à ces accusations dénuées de tout fondement ».

 

« Cette décision particulièrement rapide permettra de faire taire cette campagne de calomnie et de mettre un terme à ces accusations dénuées de tout fondement. [...] Je ne peux que m’étonner que des faits aussi anciens et légaux fassent l’objet d’une telle campagne, à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle », poursuit-il.

 

Il y a cet emploi à l’Assemblée, mais également un poste de conseillère littéraire à la Revue des Deux Mondes, que dirige un ami de François Fillon, qui est en cause. À France Inter, l’ancien directeur de la revue assurait avoir bien reçu deux notes de lectures, mais pas plus. « Ce que je sais c’est que je n’ai jamais eu entre les mains, la moindre trace d’un travail qui pourrait témoigner valablement du travail qui consiste à être conseiller littéraire », assurait Michel Crépu. Près de 100.000 € pour deux notes de lecture, cela rendrait jaloux nombre de pigistes...

 

L’enquête du Parquet a été confiée à l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales, et devra s’assurer que la rémunération perçue comme attachée parlementaire était justifiée. Le poste de conseillère littéraire sera également interrogé. À l’AFP, François Fillon rétorquait : « Alors parce que c’est mon épouse, elle n’aurait pas le droit de travailler ? Imaginez un instant qu’un homme politique dise d’une femme, comme le fait cet article, qu’elle ne sait faire que des confitures, toutes les féministes hurleraient. »

 

Une autre réponse sur Twitter en rajoutait une couche.

 

 

Ce qui fera froncer les sourcils, ce sont les pressions évoquées par Christine Kelly, auteure d’une biographie sur le candidat – François Fillon, coulisse d’une ascension (L’Archipel, janvier 2017). Citée par le Canard dans le cadre de leur enquête, elle confiait n’avoir « jamais entendu dire que Mme Fillon travaillait ».

 

Et d’ajouter : « Personne ne m’a parlé de cela. Ce n’est pas non plus ce qui est ressorti d’un entretien que j’ai eu avec elle et de plusieurs autres avec François Fillon. Elle m’a juste dit qu’elle assistait aux réunions de François Fillon lors des campagnes, mais pour moi, c’était vraiment la femme au foyer qui s’occupait de ses enfants. »

 

Or, avec la médiatisation de l’article, voici que des menaces pointent :

 

 

 

La journaliste et écrivain, ancienne du CSA, précisait à l’AFP : « Oui, j’ai reçu des pressions. On m’a appelée au téléphone, et on m’a laissé deux messages depuis ce matin. Je les garde, et je les garde secrets. Mais je n’aime pas ça du tout et le deuxième avertissement sera public. »

 

Bon le fait est qu'à aucun moment, dans son tweet, n'évoquait des menaces liées au PenelopeGate... 


Pour approfondir

Editeur : Archipel
Genre :
Total pages : 322
Traducteur :
ISBN : 9782809822021

Fillon, la révélation

de Christine Kelly

L'histoire semblait écrite et François Fillon donné battu à la primaire de la droite et du centre. Or, en l'espace de quelques jours, il a effectué un come-back tonitruant, et l'a emporté le 27 novembre 2016, au 2e tour. Ce livre raconte ce retour au premier plan que personne ne croyait possible. Comment Fillon prévoit de renouer avec les Français, de convaincre ses ennemis d'hier, tout comme les anciens soutiens de Sarkozy et Juppé, de le rejoindre...

J'achète ce livre grand format à 20 €