Penguin Random House défend son auteur accusé d'antisémitisme

Maxim Simonienko - 14.06.2019

Edition - Les maisons - pedro banos accusation - penguin random house - how they rule the world


La maison d'édition Penguin Random House a décidé d'approfondir son étude du livre How They Rule the World (Así se domina el mundo) du colonel espagnol Pedro Baños. Elle a tenu à défendre son auteur contre des allégations d'antisémitisme faites à son encontre, en déclarant que les opinions tenues dans son ouvrage sont particulièrement « solides ».



C'est l'auteur britannique Jeremy Duns, connu pour ses romans d'espionnage, qui avait commencé les accusations envers Pedro Baños. L'ouvrage, publié en avril 2019, l'avait attiré grâce à sa couverture. Mais le problème commence là, avec la couverture, et les tentacules d'une pieuvre.

En effet, l'animal marin a longtemps été associé à l'antisémitisme. Hitler y fait d'ailleurs une référence très claire dans Mein Kampf, en faisant référence à « la pieuvre de la prétendue conspiration juive pour la conquête du monde ». La pieuvre fut rapidement utilisée comme un symbole dans la propagande de l'ère nazie.

La maison Penguin Random House s'est défendue face à ce choix iconographique en précisant que le but était de « refléter la pieuvre comme symbole de domination par une puissance impérialiste... Ce symbolisme a été largement utilisé dans l'imagerie politique à partir du XIXe siècle par de nombreuses cultures sur leur rival géopolitique le plus redouté, ce qui est très pertinent pour le sujet du livre. »


Une affiche du parti communiste français dénonçant l'impérialisme américain (1950)


Cependant, ce sont les passages à propos de la famille Rothschild qui ont mis le feu aux poudres...
 

Un ouvrage conspirationniste ?


Pedro Baños a été colonel dans l'armée espagnole et, auparavant, chef du contre-espionnage et de la sécurité pour le Corps d'armée européen. Cependant, suite à ses expériences militaires, il a développé une certaine méfiance vis-à-vis de la famille Rothschild. Dans des interviews avec des médias espagnols, l'ancien colonel a qualifié la famille d'origine juive de « dominants » et les a comparés aux Illuminati. À la télévision espagnole, il a même accusé l'Israël d'être derrière l'assassinat du Président John F. Kennedy.

Récemment, en comparant l'édition espagnole de How They Rule the World avec le texte anglais, Jeremy Duns a justement trouvé une section sur la famille Rothschild, qui ne figure pas dans la traduction anglaise. En tout, trois références à la famille peuvent être relevées, dont une qui compare leur richesse avec celle d'autres familles. 

« Il est clair que le pouvoir économique [des Rothschild] est gigantesque. Il en va de même de leur capacité d'influence dans tous les sens, un aspect qui, lorsqu'on considère leur distance traditionnelle par rapport aux projecteurs des médias, a donné lieu à de multiples spéculations sur leur capacité d'intervenir dans les principales décisions mondiales », écrit l'auteur espagnol dans son livre.

Duns a regretté ce choix de publication d'un « théoricien espagnol de la conspiration antisémite. Parce que pour dissimuler [la gravité de l'œuvre], [les éditeurs] ont supprimé des passages sur les Rothschild ». Il a ajouté : « Je pense que vous conviendrez qu'il s'agit d'un problème assez grave auquel nous sommes confrontés. Comme d'habitude, il s'agit de vérifier les faits, de faire des recherches, de faire preuve d'une certaine diligence. »
 

Penguin Random House continue de soutenir son auteur


En réponse à ces accusations, Penguin Random House a tenu a s'expliquer dans un communiqué officiel. Elle a d'ailleurs précisé au Guardian que les éditeurs étaient conscients des « graves inquiétudes » que suscite l'ouvrage. 

« En tant qu'éditeur qui prend ses responsabilités envers ses lecteurs et ses auteurs très au sérieux, nous faisons toujours preuve d'une diligence raisonnable avant d'entamer le processus de publication, et ce livre ne fait pas exception. Cependant, étant donné la gravité de ces préoccupations, nous avons entrepris un examen approfondi de la version britannique », a déclaré l'éditeur dans un communiqué.

« Notre conclusion est que si l'auteur exprime clairement des opinions fermes sur les géostratégies et la géopolitique, en se concentrant sur les raisons historiques, psychologiques et sociales de la prétendue domination mondiale de nombreux groupes différents, il n'exprime pas, à notre avis, d'opinions antisémites dans cette publication, y compris dans les parties qui ont été omises. Il n'y a pas non plus de problèmes juridiques avec ce livre ou de problèmes connus de réputation avec l'auteur. »
 
Pedro Baños, ne pouvant pas être présent aux côtés de son éditeur, a préféré partager son avis sur les réseaux sociaux :
 


« Disqualification classique pour discréditer l'œuvre d'un auteur critique qui a des responsabilités : 1. Non académique 2. Antisystème 3. Communiste 4. Populiste 5. Pro-Russe 6. Antisémite. S'il vous plaît, espions et larbins : ayez un peu plus d'imagination ! »

via The Guardian



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.