Penguin Random House : la joint-venture confirmée pour 2013

Clément Solym - 29.10.2012

Edition - Economie - Random House - Penguin - joint-venture


Alors qu'ils refusaient de faire le moindre commentaire jusqu'à l'heure, les deux groupes Pearson et Bertelsmann viennent de confirmer l'information qui circulait sur un rapprochement de leurs branches éditoriales. D'un côté, donc, Random House, de l'autre, Penguin, avec une fusion prévue pour la seconde moitié de l'année 2013.

 

 

 Random House

Alexander Smolianitski, (CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

Selon The Bookseller, cette fusion sera répartie en 53 % pour Bertelsmann et 47 % pour Pearson. Le premier détiendra cinq administrateurs contre quatre pour Pearson. Bien entendu, Markus Dohle, directeur général de Random House et John Makinson, DG de Penguin seront tous deux à la tête de la nouvelle structure. 

 

Cependant, la joint-venture contient quelques subtilités : Bertelsmann devrait conserver la main sur le marché allemand, tandis que Pearson conservera la marque Penguin pour la publication de manuels scolaires à travers le monde. Deux prés carrés que les sociétés s'aménagent donc. 

 

Un porte-parole de Pearson souligne que tous les détails ne peuvent pour l'heure pas encore être livrés et que les aménagements viendront avec le temps. Il garantit que le processus de fusion sera également le plus transparent possible. 

 

Dans leur communiqué commun, les deux maisons prennent position ensemble pour un futur meilleur. « Cette fusion rassemble les deux plus grands éditeurs mondiaux de langue anglaise, avec des compétences et des forces  très complémentaires. Random House est la principale maison d'édition aux États-Unis et au Royaume-Uni, tandis que Penguin est la marque la plus célèbre dans l'édition mondiale et dispose d'une forte croissance dans les marchés en plein développement. Les deux sociétés ont une longue histoire d'excellence dans l'édition, et toutes deux ont été des pionnières dans la transformation de l'édition et de la librairie vers le numérique. »

 

De son côté, Marjorie Scardino, directrice exécutive de Pearson, confirme que les deux structures comptent réaliser plusieurs séries d'économie en mutualisant les coûts de fabrication. Mais elle assure aussi que les deux maisons feront front commun dans la recherche d'auteur et l'innovation. Pour sa part, Thomas Rabe, PDG de Bertelsmann, voit dans ce rapprochement un moteur de croissance pour les deux groupes, qui miseront tout à la fois sur le numérique et l'imprimé. 

 

Il faudra encore passer par l'examen de l'autorité de la concurrence, mais Penguin Random House sera malgré tout tenu par un accord clair : impossible pour l'une ou l'autre partie de vendre ses participations dans l'entreprise durant une période de trois ans. 

 

Voilà qui devrait ne pas plaire du tout à Rupert Murdoch, patron de News Corp, groupe qui détient les éditions HarperCollins, qui aurait fait une proposition de rachat de Penguin, à la hauteur de 1,6 milliard $.