Penguin Random House ne se risque pas sur le terrain des abonnements

Julien Helmlinger - 14.11.2014

Edition - International - Penguin Random House - FutureBook - Ebooks - souscription


En marge de la conférence FutureBook, qui se tient ce vendredi à Londres, Tom Weldon, PDG de la division britannique de Penguin Random House, a affirmé que la maison d'édition ne comptait pas se lancer dans les programmes de lecture numérique contre souscription, contrairement à HarperCollins. Car l'éditeur estime que ces offres ne correspondent pas aux attentes des lecteurs, et que le modèle d'affaires est encore trop obscur pour s'y risquer.

 

 

Pour l'heure, pas d'embarquement prévu 

 

 

Tom Weldon estime que la consommation à volonté est peut-être adaptée aux contenus comme les films et la musique, mais moins pertinente pour ce qui touche aux livres. Il précise que sa maison d'édition n'a pas « compris le modèle d'affaires » du créneau, ni même qui se faisait de l'argent. Pour lui, le principe de la lecture contre abonnement serait davantage profitable aux pays émergents, dans les pays où l'accès aux livres et aux services de prêt reste très limité.

 

En revanche, il a énuméré trois axes de développement de PRH UK : les livres, le secteur jeunesse, et les nouveaux moyens de créer du lien entre auteurs et lecteurs. Selon lui : « Le format des livres n'est pas le défi posé par le numérique. L'enjeu est de savoir comment vous faire remarquer et comment vous faire payer. Si vous avez vraiment les meilleurs livres et des auteurs de toutes natures, et les éditeurs [editors et publishers, NDR], il y a une chance que vous vous démarquiez. »

 

Si Hachette vient d'enterrer la hache de guerre avec Amazon, Weldon n'en tire pas de conclusion hâtive, soulignant que les termes de l'accord n'ont pas été dévoilés. « L'écosystème du livre est assez délicat et finement équilibré. Je pense que nous devons travailler avec tous les détaillants en tant que partenaires », a-t-il ajouté. Le PDG considère que les auteurs autopubliés font désormais partie de cet écosystème, tout comme les voix des nouveaux médias.

 

Avec l'émergence de contrats d'édition venus concurrencer la tradition, Penguin Random House garde l'œil sur les redevances offertes aux auteurs par les autres acteurs de l'industrie, promettant des taux de rétribution « justes et équitables ». Mais pour l'heure, au sein de la maison, on resterait prudent en attendant d'y voir plus clair quant aux nouveaux business models, et les 25 % restent encore de mise pour ce qui concerne les ebooks.

 

(via The Bookseller)