Penguin Random House se débarrasse d'une encombrante filiale

Nicolas Gary - 05.01.2016

Edition - Economie - Author Solutions - services édition - auteurs indépendants


En 2012, le groupe Pearson, propriétaire de Penguin, s’offrait les services de Author Solutions, pour 116 millions $. L’objectif était de commercialiser des outils à destination des auteurs indépendants. Sauf que cette société est rapidement devenue un véritable boulet, plombant l’image de marque. Fort heureusement, elle vient d’être vendue.

 

 

 

Le montant de la transaction n’a pas été communiqué, mais l’acheteur est connu. Il s’agit de Najafi Companies, fonds d’investissement privé, basé en Arizona. C’est également ce groupe qui avait racheté en France le groupe Actissia (Chapitre.com, France Loisirs). La vente a été conclue ce 31 décembre.

 

Markus Dohle, CEO de Penguin Random House, a tenu à remercier toute l’équipe de Author Solutions « pour leur travail acharné et leur dévouement », au cours du temps passé dans l’entreprise. « Nous leur souhaitons le meilleur et beaucoup de succès avec leur nouveau propriétaire », poursuit-il. Désormais débarrassé de ce poids, PRH compte se focaliser désormais sur ses filiales éditoriales – 250 à travers le monde.

 

Author Solutions était au centre d’une polémique : une plainte déposée par plusieurs clients accusait tout simplement le service d’escroquerie. Ils parlaient de promesses mensongères dans les fonctionnalités avancées. Une seconde plainte avait suivi, portant toujours sur les mêmes points. 

 

« Même si, dans ses conditions d’utilisation, Author Solutions promet de corriger les erreurs que l’éditeur fait gratuitement, c’est rarement le cas. La plupart des revenus de Author Solutions proviennent des services de correction et de marketing, qui peuvent coûter plusieurs dizaines de milliers de dollars, sans apporter ce qu’ils promettent : plus de vente de livres et plus de solutions pour les auteurs » assuraient les trois auteurs.

 

Si un accord a été trouvé avec les trois plaignants de la seconde, Author Solutions est sortie blanchie de la première. La société faisait pourtant face à une action collective, mais selon la juge, l’accusation manquait de preuves pour étayer ses dires. 

 

À l’époque où la polémique a pris le plus d’ampleur, John Makinson, alors PDG de Penguin, avait tenté de défendre la structure contre ses détracteurs. Pour justifier l’acquisition, il affirmait qu’il cherchait un secteur d’activité avec une forte croissance. 

 

Après un changement de tête dirigeante, la fusion entre Penguin et Random House en 2013 se faisait avec ce squelette mal caché dans un placard. 

 

À ce jour, Author Solutions a travaillé avec 200.000 auteurs et disposerait de 250.000 titres en catalogues. En plus de fournir des services d’aides à l’édition, il vendait des outils de conception de livres, depuis la couverture, en passant par le marketing ou la publicité. (via Publishers Weekly)