Penguin Random House : une écrasante réussite en 2014

Clément Solym - 02.04.2015

Edition - Economie - Penguin Random House - résultats financiers - Markhus Dohle


L'année 2014 fut juteuse, pour le groupe Penguin Random House. Au point que les employés recevront un petit bonus, en ce mois d'avril, de 750 $. Les revenus ont en effet augmenté de 25,2 %, pour se porter à 3,3 milliards €, alors que le bénéfice d'exploitation est en hausse de 24,5 %, à 452 millions €. Markhus Dole, le directeur général, savoure.

 

 

 

 

 

Plus de 100 millions de livres numériques vendus sous la marque commune à Pearson et Bertelsmann, deux groupes géants qui ont choisi de rassembler leurs actifs éditoriaux dans une fusion, en juin 2013. Il n'aura donc pas fallu bien longtemps pour que les sociétés unifiées, et dotées du plus important catalogue de Prix Nobel et autres best-sellers, dominent le marché. 

 

PRH ne dévoile pas combien de titres numériques furent vendus en 2013, aussi n'aura-t-on pas d'instrument de mesure. Cependant, il fournit d'autres chiffres intéressants : Nos étoiles contraires, de John Green, s'est écoulé à plus de 10 millions d'exemplaires, tous formats confondus. Le livre inspiré par Frozen, la réalisation de Walt Disney, a franchi les 17 millions d'exemplaires.

 

Dans l'ensemble, les ventes de livres jeunesse ont servi de véritable moteur de croissance, et le prix Man Booker attribué à The Narrow Road to the Deep North de Richard Flanagan, ainsi que le prix Pulitzer, qui a récompensé Toms River ont également été appréciables. 

 

La prime pourra donc sembler assez légère, en regard de l'immense réussite présentée. Surtout que, dans le même temps, le groupe annonce avoir réalisé un début d'année 2015 qui n'est pas moins appréciable. Immanquablement, les deux groupes sont plus forts ensemble : en 2014, 15.000 nouveaux titres publiés et plus de 100.000 œuvres disponibles en format numérique. 

 

Pour cette année, la poursuite de l'intégration des deux structures fera partie du plan de conquête du monde, ainsi que le renforcement de la présence à l'international. Depuis le début de l'année, plusieurs rumeurs font état d'un prochain rachat de l'intégralité de la structure par Bertelsmann. 

 

Avec 53 % de parts de marché dans Penguin Random House, contre 47 % détenus par Pearson, Bertelsmann souhaite avant tout progresser. Ce consortium était estimé l'an passé à 2,3 milliards €, et il pourrait d'ailleurs aboutir... à un divorce. À partir d'octobre 2015, Pearson serait disposé à vendre ses parts, et Bertelsmann serait en première ligne pour un trésor de guerre gigantesque. 

 

Tout est possible, mais les enchères ont certainement monté.