Persepolis au coeur des débats du club de lecture féministe d'Emma Watson

Orianne Vialo - 24.05.2016

Edition - International - Persepolis Marjane Satrapi - Persepolis Our Shared Shelf - Emma Watson Persepolis


Emma Watson a annoncé quelle serait la prochaine lecture de son club de lecture féministe « Our Shared Shelf » pour le mois de juin. La jeune actrice de 26 ans, très engagée dans la défense des droits des femmes et l’égalité des sexes, a choisi l’ouvrage Persepolis (publié entre 2000 et 2003 chez L’Association), série de romans graphiques écrits et dessinés par l’auteure franco-iranienne Marjane Satrapi.

 

(David Shankbone / CC BY 2.0)

 

 

Intitulé « Our Shared Shelf », le groupe de lecture féministe lancé par Emma Watson en janvier dernier vise à lancer des débats autour de lectures choisies par la comédienne.

 

Sur la page internet dédiée à son groupe de lecture, Emma Watson explique que le livre raconte l’histoire d’une jeune femme audacieuse et courageuse qui partage sa vie en Iran dans les années 1980.

 

« Satrapi a grandi en Iran pendant la révolution islamique et Persepolis est l’histoire de son enfance. Grâce à la jeunesse et l’esprit de Marjane, nous avons un aperçu de l’histoire mouvementée [iranienne, NdR], et nous assistons à l’énorme impact que les événements et la politique locale et mondiale peuvent avoir sur les moments les plus intimes de la vie personnelle. Nous découvrons avec Marjane tous ses rêves et ses luttes journalières, ses conflits familiaux, sa lutte avec la foi religieuse et la coutume. Nous sommes entraînés par l’angoisse de ses parents et les souvenirs de sa grand-mère, au cours d’une époque tout à fait différente. Et nous avons une image très réaliste de ce que c’était que d’être une femme en Iran durant cette période intense de transition culturelle et politique ». 

 

Le roman graphique de Marjane Satrapi fait partie des 10 ouvrages les plus censurés, pas uniquement en Iran, mais aussi dans les écoles de Chicago car « le livre présentait un Iran violent, inapproprié pour des élèves » mais aussi « sexuellement très connoté et particulièrement agressif ». Une étudiante âgée de 20 ans à l'époque et étudiant au Crafton Hills College (Californie) avait même dénoncé pour pornographie le livre de Marjane Satrapi en assurant, soutenue par ses parents, « [a]u moins faut-il un avertissement sur les livres. Au mieux, je voudrais que ces livres soient supprimés du système scolaire. Je ne veux pas qu’ils soit enseignés à qui que ce soit. Je ne veux pas que quiconque ait à lire ces ordures. »

 

Mais pourquoi avoir choisi cette lecture ? Tout simplement parce que « l’Iran entre dans une période de changement important, avec des relations de réouverture sur une grande partie du monde ». D'après Emma Watson, le contexte politique et sociétal actuel est tout à fait propice pour parler de Persepolis. « Les dessins faussement simples, presque fantaisistes de Satrapi jurent avec la gravité et la complexité extrêmement riche de son histoire — mais elle [l’histoire, NdR] est tout de même très drôle », poursuit-elle.

 

Emma Watson très engagée dans sa lutte pour l'égalité homme femme

 

L’initiative est décrite comme telle par la créatrice du groupe : « Dans le cadre de mon travail avec l’ONU Femmes, j’ai commencé à lire autant de livres et essais portant sur l’égalité que je le pouvais. […] Je veux partager ce que j’apprends, et lire vos avis. Mon but est de sélectionner et de lire des livres tous les mois, puis de discuter du travail durant la dernière semaine du mois (afin de donner à tout le monde le temps de le lire). Je vais poster quelques questions/citations pour commencer les discussions mais j’aimerais que cela évolue en une discussion ouverte entre nous tous. Dès que possible, j’espère que l’auteur ou une autre voix de premier plan sur le sujet pourra se joindre à la conversation. » 

 

Depuis le lancement de son club de lecture féministe, Emma Watson a déjà lancé des discussions autour des ouvrages My Life on The Road de Gloria Steinem (2015, éd. First Printing), How To Be a Woman de Caitlin Moran (2012, éd. Ebury Press) et The Argonauts de Maggie Nelson (2015, éd. Broché). 

 

Très engagée dans la lutte pour les droits des femmes, Emma Watson oeuvre depuis quelques années pour l’éducation des jeunes filles à travers le monde. En juillet 2014, elle a été nommée ambassadrice de bonne volonté par l’ONU Femmes et prononce même un discours au siège des Nations Unies dans lequel elle appelle autant les hommes que les femmes à faire de l’égalité des sexes une priorité. 

 

via GoodReads, GalleyCat