Personne ne tuera Stephen King dans un roman, pas même James Patterson

Cécile Mazin - 27.09.2016

Edition - Les maisons - tuer Stephen King - James Patterson roman - publication annuler livres


Le projet Bookshots, de James Patterson, était de fournir des livres courts, intenses, et rapides à engloutir. Mais l’une de ses parutions a finalement été annulée : The Murder of Stephen King. QUOI ? Tuer le maître de l’horreur ?

 

 

 

Présentée comme une œuvre de fiction, dont les dialogues, les personnages et le récit sont purement imaginaires – à l’exception de Stephen King et son épouse Tabitha – cette parution ne verra finalement pas le jour. Prévu pour le 1er novembre, le roman tiré de la collection Bookshots est en effet annulé.

 

Pourtant, Patterson était fier de son titre. « C’est exactement ce que le livre raconte », précisait-il à l’AP, voilà quelque temps. D’autant qu’il s’agit plus d’un hommage rendu au talent et au travail du King que d’une attaque d’une manière ou d’une autre. L’idée était de raconter comment un fou dans sa cellule va écrire un livre, et se faire couronner après sa parution nouveau Roi de l’Horreur. « Tous les lecteurs crieront King est mort. Vive le Roi ! » 

 

Mieux : cet écrivain allait harceler Stephen King, rejouant les pires scènes de ses romans, et n’aura de cesse que le jour où il aura définitivement mis à mort le romancier. 

 

Sauf que non. Moins de deux semaines après que le livre est annoncé, Patterson décide de ne plus le sortir. Motif ? Les fans de Stephen King, justement, l’ont plusieurs fois et par le passé, harcelé. Dans un communiqué de l’éditeur, Patterson souligne : « Mon livre présente une image positive d’un personnage fictif, et – attention spoiler – le personnage principal n’est pas réellement assassiné. Cependant, je ne veux pas causer le moindre trouble à Stephen King ni à sa famille. »

 

Et voilà comment un livre est finalement remplacé par Taking the Titanic, une histoire où deux voleurs, se faisant passer pour un couple nouvellement marié, se précipitent sur le navire pour voler les passagers. Compteront-ils parmi les survivants ?

 

Un million de Bookshots vendus en quelques semaines 

 

Évidemment, Patterson reconnaît être déçu de ne pas pouvoir sortir son roman, et le coauteur, Derek Nikitas, de même. D’autant plus qu’il contenait un personnage nommé Jamie Peterson, qui allait tenter de sauver King de ce malade prêt à l’assassiner...

 

On ignore s’il a conservé son sens de l’humour, mais, dans un entretien paru voilà deux semaines, Patterson assurait que si King écrivait The Murder of James Patterson, « je le lirais volontiers, évidemment ». 

 

Quant à King, un porte-parole a assuré qu’il avait reçu l’ouvrage, mais ne ferait pas de commentaires. Il n’écrirait pas un roman intitulé Le meurtre de James Patterson, le Roi, non : il aurait plus d’imagination qu’un simple meurtre. Que pourrait-on faire avec un clown démoniaque, un père alcoolique sociopathe et une voiture assoiffée de sang ?

 

On les met dans un hôtel avec James Patterson au groom service ?