Perte de vitesse des éditeurs étrangers sur le territoire québécois

Clément Solym - 15.05.2019

Edition - Economie - Québec marché livre - ventes livres comparatif - éditeurs Québec étranger


À intervalles réguliers, Gaspard, solution d’analyse des ventes de livres sur le territoire québécois, fournit des données sur les évolutions du marché. En comparatif pour le mois d’avril, entre 2018 et 2019, on constate une réelle disparité entre les éditeurs locaux et les maisons étrangères.

Librairie Le port de tête
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

À partir d’un panel de 105 points de ventes (hors librairies en milieu scolaire et hors grande diffusion – en excluant également les librairies Renaud Bray), Gaspard dresse donc le portrait d’un marché très concurrentiel.

Au global, le secteur du livre affiche pour le mois d’avril en un recul de 6,1 % entre avril 2018 et 2019, mais à données comparables sur l’année, 2019 garde encore une avance de 1,3 %. Trois marchés ont été touchés sur le mois dernier : jeunesse, en perte de 12,8 %, vie pratique, avec - 10,3 % et géographie tourisme avec - 5,5 %. 



 
Or, dans le détail, on s’aperçoit d’une certaine singularité : de fait pour les segments éditoriaux cités, éditeurs québécois et étrangers encaissent tous un recul, mais qui présente de réelles variables. Sur la jeunesse, les éditeurs locaux perdent 9 %, mais les éditeurs étrangers 16,7 % entre avril 2018 et 2019. 



En vie pratique, ce sont les éditeurs étrangers qui s’en tirent le mieux, avec 4,1 % de recul, contre 12,9 % pour les éditeurs québécois. Quant à géographie et tourisme, même indicateur : - 3,2 % pour les visiteurs, contre - 9,1 % pour les locaux. 



 
Sauf qu’au final, le recul des ventes pour les maisons québécoises n’est que de 5,6 % entre avril 18 et 19, avec finalement un + 5,1 % sur le premier quadrimestre 2019, vs celui de 2018. Au contraire, les éditeurs étrangers affichent 7,6 % de recul d’une année à l’autre, sur le mois d’avril, contre - 2,5 % pour le quadrimestre. 

Une précédente étude de la BTLF, menée avec l’Association des libraires du Québec, sur 2016-2018, montrait une autre tendance : la forte diversité permise par les librairies, et leur engagement vis-à-vis des maisons locales. 

En moyenne annuelle, les librairies ont ainsi vendu 214.503 titres distincts, avec une autre spécificité : six fois plus de nouveautés étrangères commercialisées que québécoises. Mais également, trois fois plus d’éditeurs étrangers que québécois. Pourtant, les maisons de la Belle Province représentent le même volume en ventes annuelles que leurs homologues.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.