Peut-être une aide de la mairie pour la librairie Clareton à Béziers

Louis Mallié - 10.07.2014

Edition - Librairies - Clareton - Béziers - Robert Ménard


Fondée en 1885 et située en plein coeur de Béziers, la librairie Clareton pourrait bien sortir de l'impasse économique dans laquelle elle se trouve. En effet, Midi Libre rapporte que Robert Ménard, fondateur de Reporters sans frontières et maire de la ville, a convoqué son conseil municipal pour une séance extraordinaire dans le but d'étudier les possibilités de la ville pour reprendre l'enseigne.

 

 

St. Nazaire und Pont Vieux

Vue de Béziers,

Geerd-Olaf Freyer CC BY-SA 2.0 

 

 

Pour le maire, il s'agit d'aider la librairie à « assurer la continuité de son activité et celle de ses salariés. » Par son emplacement, la librairie est l'un des acteurs culturels essentiels de la ville de 71.000 habitants. Une proposition de rachat avait déjà été faite par le libraire montpelliérain Sauramps, mais celui-ci avait déclenché l'inquiétude en se rétractant au dernier moment. L'établissement est depuis  dans une situation économique difficile, et le dossier est désormais entre les mains d'un l'administrateur judiciaire.

 

Pour la librairie, ce n'est pas faute de s'être adaptée aux nouvelles exigences du marché du livre : en octobre 2012, la directrice de la librairie Hélène Rouannet avait lancé un site internet permettant dorénavant un service de vente par correspondance.  « Il est non seulement possible d'acheter en ligne, comme le font tous les sites de vente sur internet, mais on peut aussi réserver son ouvrage et venir le chercher au magasin sous 24 h », avait alors expliqué la directrice à Midi Libre. En outre, le site propose de nombreux commentaires et critiques des salariés, et ce, pour tous les genres littéraires disponibles. 

 

Si certains ne manquent pas de pointer le fait qu'il est délicat pour une mairie de se lancer dans une activité commerciale, Robert Ménard refuse de voir la chose ainsi :  « Avec la volonté, on passe au-delà des obstacles. Clareton est menacé. C'est un emblème de Béziers. C'est une famille qui se bat depuis 1885. Je ne vais pas rester les bras croisés. »

 

Cela signifie-t-il que la mairie se poserait en éventuel repreneur du commerce ? « Aujourd'hui, nous étudions toutes les possibilités. Tout n'est pas encore défini. Tout n'est pas définitivement tranché. La seule chose que je peux dire c'est que les services concernés travaillent avec tous les acteurs du dossier pour trouver la solution. »

 

C'est donc aujourd'hui, au cours de la séance du conseil municipal convoqué d'urgence, que sera décidée l'action de la mairie pour sauver le commerce.