Peut-on déterminer quels mots nous rendent heureux ?

Orianne Vialo - 04.08.2016

Edition - International - émotions ouvrages algorithme - littérature émotions - émotions lecture littérature


À quel type de récit correspond chaque histoire ? Comment s'assurer qu'un récit est plus joyeux qu'un autre ? Afin de fournir une réponse des plus justes à ces questions, des groupes de chercheurs de l’université de Vermont (Burlington, États-Unis) ont créé un programme informatique permettant une qualification des écrits en fonction des mots qu’il contiennent. Ils ont récemment dévoilé la liste des mots et groupes de mots qui leur ont permis de faire ce constat. 

 

Domaine public

 

 

 

Grâce à l'analyse des émotions exprimées au sein de 1700 histoires, les chercheurs ont pu définir des « schémas émotionnels », autrement dit l'évolution de ces émotions au fil du récit. Ils se sont basés sur une théorie de l’écrivain américain Kurt Vonnegut intitulée « My prettiest contribution to my culture », qu’il a exposée dans son autobiographie Palm Sunday (Dell Publishing, 1981). Toute son explication tient en un seul graphique : l’axe X représente la chronologie de l’histoire, de son début à sa fin, et l’axe Y représente l’expérience du protagoniste — sur un spectre de mauvaise fortune à bonne fortune.

 

Dans cette étude, les scientifiques ont donc fait appel au public, afin d'affiner leur algorithme et de permettre à celui-ci d'améliorer son appréciation des mots utilisés. Pour cela, le public était amené à proposer des mots se référant au bonheur, et d'autres, qui s'en éloignaient. Il devait ensuite classer ces centaines de mots, du plus joyeux au moins joyeux. Par la suite, plus l'algorithme repérait un mot en tête de liste, plus il savait qu'il s'agissait d'un récit joyeux - ou d'un moment réjouissant du récit. Pour les mots situés en fin de liste, l'algorithme savait qu'il s'agissait de mots mal cotés pour désigner le bonheur. 

 

En tête des mots ou groupes de mots qui évoquent le moins le bonheur, on retrouve — signe des temps — terroriste, mais aussi suicide, viol, terrorisme, assassiner, mort, cancer, tuer, torture et autres joyeusetés. Pour les besoins de l'algorithme, certains mots sont évoqués plusieurs fois, au singulier et au pluriel. Si la plupart des mots liés au malheur désignent des catastrophes, on trouve aussi des contrariétés du quotidien... comme les maux de tête.

 

Pour se remonter le moral, les mots renvoyant à la notion de bonheur sont rire, amour, heureux, sourire, joie, succès, victoire, plaisir, arc-en-ciel et plaisanterie. Cette catégorie présente aussi des syntagmes et expressions plus insolites comme petits gâteaux, chaton, or, amant, milliards, chocolat, chiot, diamants, gains et... hahaha.

 

Et MDR, pour mort de rire, on le classe dans quelle catégorie ?

 

via The Atlantic