Peut-on parler de censure en France en l’an 2018 ?

Antoine Oury - 13.09.2018

Edition - Société - censure livres France - censure France - censure économique


Le PEN Club Français, en partenariat avec la Sofia, pose une question des plus brûlantes : « Peut-on parler de censure en France en l’an 2018 ? » Un après-midi de réflexion, le 18 septembre prochain permettra d'y apporter des éléments de réponse, notamment du point de vue de la censure économique. 


1111: CENSORED
(EMILIE RHAUPP, CC BY 2.0)
 


« Vu le nombre invraisemblable de livres publiés, on pourrait dire, non, c’est un marché libre, chacun trouve sa place, et ceux qui ne trouveraient pas de place dans l’édition classique auraient aujourd’hui tous les outils à leur disposition pour s’autoéditer. Chacun pourrait alors faire sa propre communication, il n’y aurait plus de hiérarchisation de l’information sur les réseaux sociaux, nous serions tous égaux devant le public », décrit le PEN Club français, qui lutte pour la liberté d'expression et de publication des écrivains du monde entier.

 

Deux tables rondes, la première axée sur l'édition et la seconde sur l'écriture et la figure de l'auteur en particulier, permettront de discuter et de dresser un état des lieux des conditions de publication, aujourd'hui. « Peut-être que ce vieux couple écrivain-éditeur, lieu de tant de fantasmes, de tant de disputes, de tant d’idées fausses aussi, a vécu. Peut-être que le distributeur a pris la place, peut-être le vendeur sous forme de grosse machine d’Internet », indique le PEN.

 

De la rémunération de l'auteur à celle de l'éditeur, en passant par la place des intermédiaires et le rôle de la presse spécialisée, concurrencée par les réseaux sociaux et de nouvelles formes de recommandations.
 

 

Turquie : l'éditeur Ragip Zarakolu visé
par un mandat d'arrêt international


« Bien entendu, au centre de toutes ces réflexions se situe la question centrale, celle de la qualité de la production littéraire. Sommes-nous définitivement passés dans un processus industriel de création qui nécessite une sélection que l’on pourrait appeler la censure économique, ou existe-t-il toujours les niches vivables d’une création libre ? »

 

Le programme :


14h Le Mot du Président
Emmanuel Pierrat

14h15 Introduction
Andréas Becker

14h30 Table Ronde
Le Modèle d’Édition en 2018, encore vivable ?
Animation : Patrick Tudoret
Pierre Dutilleul, président du Syndicat National de l’Édition
Benoît Laureau, éditeur
Jean-Yves Mollier, historien de l’édition
Alain Absire, président de la SOFIA
Marie Sellier, présidente de la SGDL

16h Témoignages
Nils Andersson, éditeur, en discussion avec Sylvestre Clancier
Julien Cendres, écrivain et éditeur, en discussion avec Emmanuel Pierrat
Maryam Madjidi, écrivain, en discussion avec Andréas Becker

17h30 Table Ronde
Publier aujourd’hui, encore possible ?
Animation : Andréas Becker
Perrine Le Querrec, écrivain
Vincent Monadé, président du CNL
Catherine Pont-Humbert, journaliste, écrivain
Hugues Robert, libraire
Jean-Marc Levent, directeur commercial Grasset

19h Film
« J’écris ton nom » d’après le poème « Liberté » avec un mot d’introduction (filmé il y a une vingtaine d’années) de Georges-Emmanuel Clancier
Présentation : Jean-Denis Bonan, cinéaste

19h30 Verre de l’Amitié

18 septembre 2018
De 14h à 20h30
PEN Club Français
6, rue François Miron
75 004 Paris


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.