Philip Roth et DeLillo, les princes de la charité

Cécile Mazin - 04.12.2014

Edition - Economie - Philip Roth - vente enchères - PEN America


La maison d'enchères Christie's accueillait les membres du PEN America, pour une vente de charité. Étaient proposées, entre autres, des premières éditions annotées par Philip Roth, ni plus ni moins. Et avec 900.000 $ recueillis par l'organisation, on peut saluer le succès. 

 

 

 

 

Les fonds ainsi récoltés partiront directement au PEN, qui constitue avec un fonds pour les écrivains persécutés de par le monde. Cette deuxième édition de la vente fait suite à une première, chez Sotheby Londres, qui avait récolté l'année passée 690.000 $. 

 

Sauf qu'à l'époque, un ouvrage de JK Rowling avait été proposé, et fut emporté pour 230.000 $. Presque de la triche. 

 

Parmi les grands favoris, un manuscrit de DeLillo, Underworld, qui est parti pour 57.000 $, la deuxième plus grosse réussite. Roth a passé la barre des 130.000 $ avec Portnoy et American Pastoral – respectivement 52.000 $ et 80.000 $. 

 

Notons qu'outre les 918.000 $ de la vente, un don anonyme a été ajouté, en fin de séance, qui a porté à un million de dollars le montant total des enchères. 

 

Quant à Christie's, elle a renoncé à sa commission, pour l'occasion. Le poète irlandais, Paul Muldoon, résume bien l'ambiance. « Il est difficile de ne pas penser : “Est-ce que cela reflète ma valeur ?” Mais cette vente aux enchères est vraiment basée sur la générosité des gens du PEN. Et au moins, dans mon cas, l'enchère est bien supérieure à ce que je vaux. » (via New York Times)