medias

Pierre Coursière: le Furet, librairie sans arrogance fidèle à son identité

Clément Solym - 18.10.2012

Edition - Librairies - Le Furet du Nord - Pierre Coursière - vente en ligne


À l'occasion de l'ouverture du nouvel établissement du Furet du Nord, le président Pierre Coursière nous a offert une petite visite guidée de sa librairie, la seconde en région parisienne... ou la deuxième ? « Plutôt la deuxième. Nous avons déjà repéré d'autres lieux où nous aimerions ouvrir de nouveaux espaces. Et clairement, oui, nous allons poursuivre cette politique. » Avec quatorze librairies déjà ouvertes, le Furet se nationalise, à toute vitesse...

 

 

Pierre Coursière, crédit ActuaLitté

 

 

« Dans le Nord-Pas-de-Calais, nous avons 45 % de parts de marché dans le livre, aussi il fallait envahir de nouveaux territoires. Paris et sa région, se sont beaucoup de centres commerciaux qui s'ouvrent, de grands projets et un certain pouvoir d'achats. Depuis l'ouverture de l'établissement à la Vache noire, nous avons reçu une excellente réaction de la part du public à la marque Furet et ce que l'on proposait. On va donc continuer. »

 

Le Furet, ce sont différents univers : des livres, évidemment, de la papeterie, de la musique, mais également des produits high-tech. Cela ressemblerait presque à une grande enseigne de produits culturels... mais à taille humaine. « Oh, non : nous ne faisons pas dans la technologie. Notre métier, c'est vendeur de contenus, avec une approche très accessoirisée - jusque dans les lecteurs ebook, si tant est que cela soit un produit technologique. Ce n'est d'ailleurs pas un but en soi, mais plutôt un outil pour donner à nos clients un support supplémentaire pour lire. » 

 

Ouvrir un nouvel établissement, c'est tout de même une gageure, et le Furet revendique de ne recevoir aucune aide pour ce faire. Quelques aménagements, tout au plus. Revenant sur plusieurs échanges à l'occasion du Salon du livre de Paris, en 2012, le Syndicat de la librairie française dénonçait les marges octroyées aux très grandes enseignes ou aux cybermarchands, un problème pour le Furet ?

« Je ne connais pas les ristournes accordées à Amazon ; je ne peux pas me positionner, sinon à fantasmer comme tout le monde. En revanche, je connais les miennes. Pour répondre à Amazon, nous ouvrons des magasins, et ce n'est pas une réponse nouvelle à une problématique nouvelle. Nous croyons à notre modèle, à nos librairies, le tout dans des conditions de rentabilité acceptables. On se focalise depuis 5 ans sur Amazon, mais la poussière retombe, et certains clients reviennent de leur expérience avec ces marchands. »

 

Le livre sur internet va marquer un pas, avec le livre numérique, ajoute Pierre Coursier, avec un objectif : offrir aux clients de quoi lire, comme ils le souhaitent. D'ailleurs, au moment où un Fnac, un Virgin, se questionnent sur leurs modèles, le Furet assume avoir trouvé ses réponses. Ni contradiction, ni décalage avec les autres, sans arrogance aucune ; simplement parce que cela nous réussit. 

 

Quant au site internet, il a connu une petite révolution, dernièrement. De la vitrine de vente, le Furet.com est devenu un café littéraire, reléguant la vente d'ouvrages presque comme un service accessoire. « C'est un plus pour nos clients. Nous n'irons pas chercher Amazon, ils ont tué le marché en faisant des choses pas commerçantes du tout. Sauf que les clients qui veulent rester chez Furet, on doit leur donner les outils. Ce qui nous intéresse, c'est de travailler les prochaines étapes. Le livre numérique, grâce à la législation sur la fixation des prix, met tous les acteurs du livre sur un pied d'égalité. Alors, il nous faut un site agréable et plaisant pour que les gens reviennent. » 

 

 

Pierre Coursière, Jean-Luc Laurent, maire du Kremlin-Bicêtre, Guillaume Musso et Nicolas Dupuis, directeur du Furet, crédit ActuaLitté 

 

 

Le Furet, c'est avant tout une marque qui véhicule une forme de chaleur : « Faire un site qui soit uniquement marchand ne répondait pas à ce qu'est le Furet. Mettre en avant les avis de nos libraires, des gens compétents, ainsi que les avis des internautes, c'est un ensemble où le Café est prédominant par rapport à la boutique. Le site nous ressemble, c'est primordial. Nous prendrons notre place sur le marché du livre numérique, en restant fidèles à notre identité. » À ce titre, le livre numérique ne se vendra probablement pas beaucoup en boutiques, mais elles serviront à créer, pour le client, un lien avec le dématérialisé.

 

Loin du réseau social qui accompagne les librairies, comme cela se développe, Le Furet attend et observe. « On teste, et ce qui fonctionne, on l'approfondit. Les liens utiles entre un tel outil et notre enseigne restent à écrire. Après tout, nous en avons peut-être déjà créé un, sans l'appeler ainsi. » 

 

Avec le parrainage de Guillaume Musso, l'établissement s'ouvre sous de beaux auspices. « C'est génial que Guillaume apprécie nos librairies, et que nos équipes aient pu partager avec lui un peu de ce qu'est Le Furet. Écrivain populaire, auprès des lecteurs, et populaire, en termes de ventes, il incarne une image d'un Furet largement ouvert sur les livres. Avec 44.000 références, nous ne manquons pas de preuves. »

 

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.