Piratage de livres de médecine en Inde

Clément Solym - 02.04.2008

Edition - Justice - Inde - piratage - livres


La police a fait main-basse sur 1.000 copies illégales de livres de médecine, suite à une plainte déposée par la puissante UK Publishers Association. Malgré les efforts du pays et un certain succès, l'Inde, comme la Chine, semble difficilement en mesure de contrer réellement le piratage ou la contrefaçon.

Le 27 mars dernier donc, à Bombay, la police a saisi 1.048 volumes, en couleur et photocopillés. Les 99 ouvrages médicaux et originaux ayant servi à la contrefaçon ont été retrouvés sur place, ainsi que trois modèles grand luxe de photocopilleuses professionnelles. Les maisons d'édition concernées sont Elsevier, Wolters Kluwer, McGraw-Hill, Blackwell Science, Springer, Hodder Arnold, et Pearson Education. Une autre facette du piratage qui pourrait tuer le livre, justement.

Six personnes ont été arrêtées la suite de cette descente. Ces éditions pirates étaient manifestement distribuées à travers l'Inde, dans différentes régions. Les individus sont placés en garde à vue jusqu'au 4 avril.

« Les procédures traînent devant les tribunaux, sont sans fin et l'accusé profite toujours des retards accumulés, constate un avocat. Ce la encourage les personnes à récidiver, du fait des énormes profits qu'ils génèrent grâce au piratage. » Le cas des Chamunda Copiers, ainsi surnommés est le second aussi conséquent touchant le monde du livre. « Le gouvernement indien doit aborder de façon urgente la question du piratage et lui trouver une solution pour le contrer », poursuit-il.