Place et statut des artistes-auteurs en France : une mission hors norme

Nicolas Gary - 17.03.2019

Edition - Société - auteurs éditeurs valeur - statut métier auteur - profession livre édition


Qualifier le statut d’auteur de profession fait débat : au sein même des organisations, on s’interroge sur l’idée même d’un métier dont la fonction serait d’écrire. Pourtant, la professionnalisation en cours va de pair avec une reconnaissance. Qui elle-même pose de multiples questions.

Rassemblement des artistes auteurs devant le ministère de la Culture
Rassemblement des artistes auteurs devant le ministère de la Culture, juin 2018 - ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Au terme de la table ronde organisée à Livre Paris, sur le thème "Auteur professionnel : un métier, un statut, un avenir incertain", ActuaLitté est allé à la rencontre de personnes venues y assister. Frustrante, avant toute chose, cette conférence aura laissé un goût d’inachevé.
 

Petites cases et grandes bulles 


« Il n’est pas acceptable d’entendre des pouvoirs publics que nous avons aujourd’hui “un statut”. D’accord, les intentions étaient là, ce n’est pas ça qu’on questionne. C’est le résultat concret dans notre quotidien ! On a un statut qui existe administrativement, mais pas dans la réalité ! Il y aurait déjà des mesures toutes simples : au moins, mettre en application ce qui existe déjà, et nous faciliter l’accès à des droits que nous avons sur le papier, mais pas dans nos vies », nous expliquait-on.
 
Il y a quelque temps dans nos colonnes, Sophie Dieuaide témoignait du parcours du combattant, voire du parcours impossible, pour faire valoir un congé maladie lorsque l’on est auteur.
 
Un autre auteur, présent lors de la conférence, renchérissait : « Je n’aime pas cette façon qu’a le SNE de sectorialiser ainsi l’édition. Qu’est-ce qui est si différent entre secteurs quand on parle de répartition de la valeur, de redditions de compte et de vouloir vivre dans des conditions décentes ? On a justement créé la Ligue des auteurs professionnels pour rassembler des auteurs de secteurs différents, et nous appuyer sur les acquis des uns et des autres dans chaque secteur. »

« Enfin, merci, on parle de métier ! » se réjouit une autrice jeunesse. « Tant qu’on ne sera pas considéré par les éditeurs, la chaîne du livre et les pouvoirs publics comme des professionnels du secteur, les choses ne bougeront pas. Que fait un syndicat ? Il défend des professionnels ! »
 

Mission prospective : une lourde tâche pour Bruno Racine

 
Depuis l’annonce d’une mission prospective, depuis longtemps attendue et espérée, par le ministre de la Culture, les regards se tournent vers Bruno Racine qui en sera responsable. « Il a abattu un travail colossal, et d'orfèvre, quand on lui a confié la médiation du Festival de la BD d’Angoulême », nous assure un proche du dossier. « En six mois, tous les partenaires étaient revenus autour de la table, pour coopérer. »

Et quand on connaît le marasme où pataugeait pouvoirs publics et organisateurs de la manifestation, cela relève de l'exploit.

Signature du contrat de performance 2014-2016 de la Bibliothèque nationale de France
Bruno Racine, avec Aurélie Filippetti - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
La difficulté de sa nouvelle mission n’échappe toutefois à personne : couvrir le statut des artistes ET auteurs, représente une charge colossale. Surtout que la question du statut est liée à la condition sociale des auteurs, et donc par extension, de leurs conditions de rémunération.

Les axes de la mission seront prochainement détaillés, certes, mais Franck Riester avait d’ores et déjà à l’esprit de réunir sociologues, universitaires, philosophes, économistes et juristes pour ce faire. Et l’interprofession, bien entendu.
 

Car ce que vous avez en commun, c’est la passion de votre métier et le bonheur de créer ! 
Cette réflexion doit permettre de trouver le cadre le plus favorable à l’épanouissement de la création et de la diversité culturelle, pour les prochaines années. 
Cette réflexion doit être ambitieuse et réaliste, concertée et ouverte, multidisciplinaire et prospective, au service de tous les créateurs. 

Franck Riester, 15 mars 2019 à Livre Paris



Globalement, les auteurs et autrices oscillent entre un nouvel espoir, de la colère et une profonde fatigue. « Tout ça est trop long. Pendant ce temps, nous, on subit les dommages collatéraux. C’est bien que tout soit remis à plat, ce n'est pas trop tôt, mais il aurait fallu le faire il y a 10 ans ! Combien de temps ça va prendre ? Nous, on paye les pots cassés en ce moment ! » 
 

Se retrousser les manches, bien qu'il soit tard


« Enfin quelque chose se réveille avec la Ligue, ce n’est pas trop tôt ! La table ronde a beaucoup parlé du passé. C’est dommage. On sait tout ça maintenant. Nous, on a envie de se projeter dans l’avenir, d’être dans le renouveau ! », note un écrivain de fantasy.

« C’était important de le faire, déplore une autrice jeunesse. Ça n’a jamais été fait avant, et on se demande pourquoi. Mais je regrette qu’il n’y ait eu aucune femme à cette table. Cela donnait l’impression de voir un Ancien Monde. Place au changement ! » Un point sur lequel Samantha Bailly, présidente de la Ligue des auteurs professionnels avait insisté avant que ne débute la conférence : le sexisme ordinaire de l’édition a de beaux jours encore.
 
Le Conseil Permanent du Livre organise le 4 juin les États généraux du livre, sur la question du partage de la valeur. Mais auteurs et autrices sont encore en plein dans la question des problèmes liés actuellement aux réformes sociales tombées le 1er janvier. On le sent, le climat est très morose. Pascal Ory, président du CPE, a rappelé l’importance de ce rendez-vous. La date est prise dans l’agenda, mais le statut ne sera certainement pas réglé d’ici là. Il faudra que la mission de Bruno Racine ait cependant commencé.


Commentaires
Tout le monde le sait mais personne ne le dit, et dès qu'on le dit on est immédiatement censuré, preuve qu'on a met le doigt là où ça fait mal : 20
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.