Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Plainte à 5 millions $ contre Lance Armstrong pour biographie mensongère

Nicolas Gary - 09.08.2013

Edition - Justice - Lance Armstrong - autobiographie - plainte


On retrouverait volontiers la fable de La Fontaine raccommodée : « Ah vous aviez menti sur vos coups de pédales. Eh bien casquez maintenant. » C'est qu'il ne fait pas bon de mentir aux lecteurs sous les latitudes anglo-saxonnes. Des mécontenants ont porté plainte contre le cycliste Lance Armstrong, avec 5 millions $ de dommages-intérêts réclamés, suite aux dernières révélations sur le dopage du sportif. C'est que son livre était vendu dans la catégorie non fiction...

 

 

 

 

Évidemment, dans toute autobiographie, l'auteur tente de briller de mille feux et de se présenter sous son meilleur jour. Sauf que dans le cas présent, la disgrâce du coureur cycliste qui a perdu sponsors et autres avantages, se prolonge. Un groupe de lecteurs de Californie a porté plainte, considérant que les mémoires du sportif qu'ils avaient achetées étaient une histoire véritable. Or, une grande partie des faits s'avère en réalité mensongère. 

 

Même l'écrivain britannique John Crace se demande s'il ne faudrait pas reclasser les livres d'Armstrong dans la catégorie fiction pour être plus proche de la réalité. En 2001, Penguin publiait It's Not About Bike et Random House, en 2003, Every Seconds Count. Et tous deux sont embarrassés par la plainte des consommateurs californiens. Pour l'instant, leur défense consiste à s'abriter derrière le premier amendement de la constitution, pour affirmer que les livres et les outils marketing ne sont pas un discours commercial à valeur contractuelle. 

 

En outre, les consommateurs n'auraient pas encore apporté la preuve formelle des passages mensongers, pour lesquels ils auraient été floués. Sauf  que les livres ont fait de véritables cartons en librairie, et que les Américains étaient particulièrement fiers d'avoir l'un de leurs compatriotes qui chaque année remportait le tour de France sur son deux roues.

 

Le bâton de la justice dans les roues

 

D'ailleurs, ce n'est pas la première fois qu'un auteur est accusé d'avoir menti, et en 2006, dans les États de New York, de Californie et de l'Illinois, des lecteurs avaient gagné un procès contre James Frey, auteurs de A Million Little Pieces, considérant que l'écrivain et son éditeur les avaient escroqués. Ces derniers ont été reconnus coupables d'avoir embelli violemment la vérité, avec des exagérations très fortes de sa vie débridée. Coût de l'opération, 3,5 millions d'exemplaires vendus et 2,35 millions $ d'amendes pour le remboursement complet des lecteurs, les frais d'avocats et un don à un organisme de charité. Douloureux, en effet.

 

Armstrong a déçu l'Amérique d'autant plus qu'il avait bâti une véritable légende : triomphant d'un cancer, qui ne cessait de revenir à la charge, il aura remporté 7 fois le Tour, et aujourd'hui, sa fortune personnelle est estimée à 125 millions $. 

 

La classe action qui le cible a été présentée ce 8 août, avec une audition des éditeurs concernés. Selon les avocats des plaignants : « L'action contre les éditeurs [est justifiée] parce qu' à un moment, soit ils savaient soit ils auraient dû savoir que les livres étaient mensongers. » Mais l'avocat du cycliste ne le voit pas de cette manière : « Les quelques paragraphes où Lance nie avoir utilisé des produits dopants ne font pas de ces livres racontant sa vie entière des oeuvres de fiction. »

 

Justement, il reviendra au juge d'en décider. Et de déterminer si la plainte est recevable ou si les tribunaux fédéraux, payés par les deniers des contribuables, ont autre chose à faire que de trancher sur de pareilles frivolités. La chose est risible, certes, mais il ne faut jurer de rien, outre-Atlantique. Surtout que se prépare une adaptation au cinéma dans laquelle le cinéaste Stephen Frears va reprendre la vie du cycliste, incarné par Ben Foster, comédien mis sur le devant de la scène par la série Six Feet under. 

 

De son côté, Lance Armstrong avait avoué officiellement ses fautes sur le plateau d'Oprah Winfrey le 24 janvier dernier