medias

Plainte : Patrick de Carolis répondra d'un plagiat en justice

Clément Solym - 21.12.2011

Edition - Justice - Patrick de Carolis - plagiat - Pierre Grimal


L'information avait été dévoilée par le Canard enchaîné voilà plusieurs semaines, et la direction de Plon s'en était vivement émue. Dans son ouvrage, La dame du Palatin, Patrick de Carolis aurait en effet commis quelques emprunts manifestes aux oeuvres de Pierre Grimal, le célèbre latiniste.

 

C'est la veuve de Pierre, Laurence, qui avait annoncé, début novembre, son intention de porter plainte contre l'ancien président de France Télévisions, après avoir relevé 175 emprunts, de fond comme de forme au livre L'amour à Rome. Qui n'était évidemment pas cité. 

 

Olivier Orban, le patron de Plon avait d'ailleurs réfuté l'idée que son auteur ait pu commettre un tel acte. « Ce sont des faits historiques, mélangés à du roman. Évidemment que l'auteur prend ses sources chez Pierre Grimal, mais il le fait aussi chez d'autres auteurs antiques, Tacite et d'autres. »

 

 

A sa suite, Patou de Carolis avait également réagi : « Mon éditeur et moi-même sommes dans notre droit. Les données historiques qui servent de contexte à mon roman n'appartiennent pas à untel ou untel. Ou alors, il faudrait considérer que tous les historiens de l'Antiquité pillent Tacite, Suetone, Pline le jeune… » Et d'ailleurs, ils envisageaient même de contre attaquer en portant plainte pour diffamation

 

Eh bien, diffamation ou non, ce sont 269.000 € de dommages-intérêts que réclament l'éditeur de Pierre Grimal et sa veuve, apprend-on de l'AFP. Et l'éditeur Plon de signaler dans un communiqué que Laurence Grimal pointe comme des « contrefaçons les similitudes historiques qu'elle s'est ingéniée à relever entre le récit de Patrick de Carolis et différents ouvrages de son mari disparu en 1996 ». 

 

Et la maison n'est pas disposée à se laisser faire. « Cette démarche judiciaire s'avère d'autant plus singulière que, tout au long de son roman, l'auteur s'est attaché à donner vie à un personnage, Paulina, dont, hormis le fait qu'elle soit née en Arles et fut l'épouse de Sénèque, on ne sait pratiquement rien puisqu'aucun historien n'a jamais écrit à son sujet. »

 

D'ailleurs, la maison reconnaît que de Carolis n'a pas consulté que Grimal en la matière, mais également d'autres historiens. Cités dans le livre ? On l'ignore. Toutefois, « les prétendues reproductions serviles invoquées par Laure Grimal n'existent pas, et toutes les ressemblances complaisamment étalées ne tiennent, en réalité, qu'à la similitude des sources comme à celle des évènements historiques qui constituent le décor de cette histoire », se défend-on.

 

Chose amusante, Olivier Orban a récemment fait valoir son droit à la retraite, et c'est donc Alain Kouck, PDG du groupe Editis qui prendra la tête de la maison Plon à partir de janvier. Qui faudra-t-il donc mettre en cause ?




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.