Plan culturel numérique du Québec : 110 millions $ à venir

Clément Solym - 01.10.2014

Edition - Bibliothèques - plan culturel - numérique Québec - investissement économie


Présenté par le premier ministre du Québec, le Plan culturel numérique porte sur un investissement de 110 millions $ CA. Philippe Couillard, et la ministre de la Culture, Hélène David ont ainsi présenté ce qui s'apparente à un vaste mouvement vers l'économie digitale. L'objectif est de permettre un accès au patrimoine et la culture, numériquement, en élargissant l'offre en ligne. 

 

 

 

En s'appuyant sur une belle enveloppe, le Plan a pour objectif de dépenser sur 7 années les 100 premiers millions $ CA ; dix autres millions sont prévus pour trois ans, afin d'assurer une présence croissante de la culture québécoise dans l'espace numérique. Enfin, il s'articule sur trois axes précis : 

  • Créer des contenus culturels numériques;
  • Innover pour s'adapter à la culture numérique;
  • Diffuser des contenus culturels numériques afin d'assurer leur accessibilité.

 

Philippe Couillard, premier ministre, assure que cette approche favorisera la promotion de la culture québécoise. « Pour que notre culture soit disponible au plus grand nombre, nous devons soutenir les milieux culturels de manière structurée et concertée pour nous assurer de la présence des œuvres et des produits culturels québécois, d'abord chez nous, et ailleurs dans le monde », explique-t-il.

 

Comprenant que « le numérique est une dimension incontournable », autant qu'un « levier de développement économique », pour le réseau culturel, il s'agit donc de « soutenir la transition du milieu vers l'univers numérique est une responsabilité que nous partageons collectivement pour que le Québec puisse s'exprimer pleinement ». 

 

Plusieurs organisations professionnelles ont réfléchi, de concert avec les ministères concernés, pour aboutir à ce projet. « Le numérique touche l'ensemble des secteurs culturels, soit les arts de la scène et dramatiques, les arts et les lettres, le cinéma, la lecture et le livre, les médias, les métiers d'art, la muséologie, la musique et le patrimoine. C'est un puissant vecteur de transmission de la culture et du patrimoine et il se révèle d'ailleurs un excellent moyen de développer les clientèles pour l'ensemble de l'offre culturelle du Québec », insiste pour sa part la ministre de la Culture.

 

Dans un premier temps, 36 millions $ CA seront débloqués et répartis entre les sociétés d'État issues du portefeuille ministériel culturel et des organismes qui travaillent dans les milieux de la culture et des communications. Une cinquantaine de mesures concrètes sont d'ores et déjà présentées. 

 

 

Bibliothèque et Archives nationales du Québec a déjà réagi à cette annonce, promettant qu'elle profiterait de cette manne pour « accélérer le développement de son offre patrimoniale numérique et de réaliser ainsi l'une de ses priorités », assure Christiane Barbe, PDG de BAnQ. Au cours des deux prochaines années, la numérisation sera donc accélérée « afin de rendre un nombre toujours plus grand de nos documents patrimoniaux accessibles aux Québécois et aux citoyens du monde entier grâce au Web ».

 

Et de citer plusieurs autres projets qui découleront de ce financement : 

  • accroître la cadence de numérisation de ses collections;
  • faciliter l'accès à ses collections numériques en adaptant ses plateformes Web de diffusion (moderniser ses interfaces pour faciliter l'accès à ses ressources numériques, adapter ses sites pour les appareils mobiles, rendre ses plateformes interactives afin d'impliquer ses usagers);
  • acquérir de nouveaux équipements informatiques (numérisation, stockage, etc.);
  • contribuer à maximiser la présence des données culturelles québécoises dans le Web;
  • participer à la mise en œuvre d'un laboratoire numérique de création pour adolescents.

 

Une perspective qui sous-entend également une reprise économique impulsée par le gouvernement du Québec. On retrouvera à cette adresse plusieurs des projets qui sont d'ores et déjà validés (les cinquante actions évoquées par le gouvernement). Et notamment un chantier sur l'adaptation du droit d'auteur à l'ère numérique, « pour favoriser l'offre légale et la rémunération des créateurs » ou encore un programme d'aide à la numérisation des contenus artistiques et littéraires.