Plan de relance économique : Jean Castex assure 2 milliards € pour la Culture

Clément Solym - 26.08.2020

Edition - Economie - Jean Castex relance - plan relance économique - milliards euros culture


La semaine prochaine, le Premier ministre présentera le plan de relance économique. Dans ce dernier, 100 milliards € sont prévus, avec 2 milliards pour la culture. « Un plan très ambitieux pour les Français et pour l’économie française », assurait-il à l’antenne de France Inter.


 

Cette rentrée n’aura rien d’une ballade de santé, plutôt un chemin de croix sanitaire. D’un côté, le port du masque qui se généralise aux entreprises et aux établissements scolaires. De l’autre, la confirmation que les masques ne seront pas offerts aux élèves — à l’exception des familles les plus précaires.

À ce titre, Jean Castex souffle le chaud et le froid : d’un côté, le virus serait « aussi virulent, en tout cas, aucun élément ne permet de dire qu’il a baissé en virulence ». De l’autre, se constate « une reprise de l’épidémie, de la circulation virale. Même s’il n’y a pas de quoi s’affoler, on n’est pas revenu à la situation du mois d’avril ou du mois de mai », indique-t-il sur France Inter.

Les 100 milliards annoncés seront répartis sur différents secteurs : la culture, avec 2 milliards avait bénéficié à ce titre « des dispositifs forts et justifiés », que l’Etat a déployés. Et pour justifier cette somme, le Premier ministre assure : « S’il y a une spécificité française, c’est que vivre avec le virus, c’est aussi se cultiver avec le virus. »
 

Vous ne risquez rien 


Et d’encourager les Français à se rendre « au cinéma, au théâtre, vous ne risquez rien ». Le port du masque y sera obligatoire, pour garantir la sécurité de chacun. Ce 27 août, Jean Castex et Roselyne Bachelot recevront les représentants du spectacle vivant — promesse formulée le 14 août dernier par la ministre de la Culture.

Il reconnaît à ce titre que « les règles sanitaires ne permettent pas d’atteindre [leur] équilibre économique. Parce que vous savez, ce ne sont pas [les intermittents] des gens qui roulent sur l’or ». Ainsi, plutôt que d’indemniser en maintenant fermés les salles, l’État va compenser l’écart « entre les recettes issues des contraintes sanitaires et ce qui aurait été leur point d’équilibre. La priorité, c’est que cela reprenne ».

Deux milliards € pour ce faire, donc, « un choix politique » à destination de « la culture dans le sens large. […] Cela veut dire que nous pensons que la culture est une activité économique, il faut le dire haut et fort. Et que, s’il y a une spécificité française, c’est vraiment que vivre avec le virus, c’est aussi se cultiver avec le virus. Et il faut en tirer toutes les conséquences, c’est ce que nous ferons ».
 


Sur les 100 milliards €, 40 proviennent de l’Europe. « La philosophie, c’est aussi de réhabiliter le travail, c’est une valeur positive, une valeur de cohésion et de progrès », poursuit-il.


Commentaires
Réhabiliter le travail... au niveau purement rhétorique j'imagine vu qu'il ne faut pas trop compter sur des augmentations du SMIG cet outil destructeur d'emploi et de valeur pour les entreprises...
Voulez- vous réinventer l’hexagone en tiers monde et accélérer les partitions sociales et tribales ?
Éviter que la crise économique ne dure plus longtemps que le coronavirus. Pour ce faire, les milliards pleuvent sur l’Hexagone un peu comme un “hélicoptère monétaire”...



Où l’Etat se finance-t-il ?



L’Etat emprunte sur les marchés financiers. Il tape à la porte des fonds d’investissement, des compagnies d’assurance et des grands banquiers qui gèrent les placements des épargnants français.



https://start.lesechos.fr/societe/culture-tendances/crise-economique-dou-viennent-tous-ces-milliards-deuros-annonces-par-le-gouvernement-1194650



Plus que jamais, la France vit à crédit. A fin mars, la dette publique du pays a atteint la somme de 2 438,5 milliards d’euros, dépassant ainsi le PIB d’une courte tête. Et le compteur ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin : l’endettement du pays devrait encore progresser pour atteindre quelque 120 % du PIB en fin d’année.



https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/23/les-banques-centrales-principales-detentrices-de-la-dette-francaise_6043863_3234.html



A savoir

La dette publique est passée de 55 % du PIB en décembre 1995 à  95 % en décembre 2014.
Castex n'est qu'un homme de troisième division de foot du Périgord

Il est incompétent en la matière et brille par ses paraphrases .

Il a des propos de gens de café du commerce !

Un imposteur a la botte de macron ( lui meme déjà imposteur..)



Vive la République, vive le café du coin !
Macron et ses acolytes ne sont pas des imposteurs, ils ont été élus par des électeurs bienveillants !!



Rien de bien nouveau, ies Français avaient déjà confié les clés à Pompidou en 69, une éminence grise issue du même clan.



Les banksters et les affairistes sont au pouvoir pour mener à bien toutes les guerres silencieuses concoctées par les « anthropophages » de la haute finance en Europe et dans le monde !



Le Gaulois est plus attentionné à son divertissement footballistique et à sa culture «manga » qu’à la géopolitique mortifère !!



Assommer des nations à la normalisation de l’endettement comme mode de vie pour asservir sa ploutocratie, c’est limite à de l’élevage en batterie!!!
… Assommer des nations à la normalisation de l’endettement comme mode de vie pour servir sa ploutocratie, c’est limite à de l’élevage en batterie!!!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.