Planeta cède ses actifs dans la banque Sabadell pour 200 millions €

Clément Solym - 08.10.2018

Edition - Economie - Grupo Planeta banque - Sabadell banque Espagne - Editis Vivendi Planeta


Encore propriétaire du groupe français Editis, dont la vente à Vivendi devrait être actée en fin d’année, le Grupo Planeta continue de vendre ses actifs. Cette fois, c’est sa participation dans Banco de Sabadell qui a été écoulée, confirmant sa sortie de l’entité bancaire.

 

Grupo Planeta - Frankfurt Buchmesse 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Afin de régler leurs dettes avec les banques, les propriétaires du groupe éditorial et médiatique ont choisi de se départir des 2 % dont ils étaient détenteurs. Selon des sources proches de la transaction, la participation aurait permis à l’entreprise de récupérer 200 millions €.

 

La somme s’ajoute aux 210 millions € que Hemisferio, société de la famille Lara, détentrice de Grupo Planeta, avait engagés pour la vente du siège social de Planeta à Barcelone. 

 

Le montant ira directement alimenter les comptes de la société, pour rembourser la dette et participer à la restructuration financière du portefeuille d’investisseurs. Entre Hemisferio et Sabadell, les tensions étaient allées croissantes ces derniers mois. 

 

La vente du siège social en était l’une des plus évidentes manifestations. 

 

La cession des parts intervient après la démission de José Lara Garcia, en tant que membre du conseil d’administration de la banque. Héritier de l’entreprise après la mort en 2015 de son père, José Manuel Lara Garcia, il avait également été révoqué du groupe éditorial en février dernier

 

Une nouvelle répartition est d’ailleurs intervenue, de manière à ce que l’ensemble des enfants du fondateur, José Manuel Lara Hernández, soit directement représenté. 

 

Côté français, nous apprenions fin juillet que le group Vivendi était entré en négociations exclusives avec Planeta pour 900 millions €, pour un rachat d’Editis, deuxième groupe éditorial du pays, comptant une cinquantaine de marques. L’information tombait moins de trois semaines après le décès du PDG Alain Kouck – alors que ce dernier, selon plusieurs sources, se montrait opposé à la vente.

 

via El pais




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.