Planeta demande au gouvernement espagnol des mesures

Clément Solym - 19.10.2010

Edition - Justice - ebooks - pirater - espagne


Alors qu'il va avoir quelques soucis judicaires à gérer dans les semaines et mois à venir, José Manuel Lara, président du groupe Planeta s'est fendu de quelques réflexions sur le piratage de livres à travers internet.

Bon, évidemment, on a beau jeu de parler de piratage et de contrefaçon, quand on est accusé de plagiat, mais en tant que patron de Planeta, le bonhomme a forcément envie de protéger sa machine. Ainsi, il a demandé le 15 octobre dernier au gouvernement espagnol de faire la chasse aux sites internet qui violent les droits d'auteur.

Ce dernier souhaite que l'on offre aux éditeurs des garanties pour protéger l'industrie du livre de ce qui a pu arriver à la musique. S'il avait lu l'étude publiée par le MOTif, il saurait cependant que les pratiques des internautes téléchargeant des livres n'ont rien à voir avec celles de ceux qui recherchent de la musique. (en savoir plus)

Soit. Ce dernier évoque également, par demande formelle, que l'industrie du livre soit protégée par les mêmes règles qui sévissent contre les sites proposant des contenus audiovisuels. L'arrivée du livre numérique est peut-être une grande opportunité pour le secteur, ajoute-t-il, mais s'il doit s'accompagner de multiples et nouvelles batailles contre la violation de la propriété intellectuelle, les éditeurs vont s'épuiser.

Dans El Païs, le président se plaint également de ce que des milliers de plaintes idoines sont en attentes devant les tribunaux. Les perdants seront les auteurs, estime-t-il, et lui ne se voit pas faire des pieds et des mains pour sauvegarder la propriété intellectuelle, sachant que des lois devraient s'appliquer pour empêcher que l'on dérobe aussi facilement des oeuvres. Des lois qui devraient être les mêmes pour tous.

« Je ne voudrais pas arriver avec le livre à ce qui s'est passé pour le monde de la musique. » Et d'appuyer qu'aujourd'hui, la situation en termes pénaux considère ces infractions comme mineures. Il est peut-être difficile d'expliquer à la population ce que recouvre le terme de propriété intellectuelle, mais le piratage n'en reste pas moins une activité qu'il faut contraindre.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.