Planeta investit l'indépendance, avec 50 % de Tusquets Editores

Clément Solym - 30.04.2012

Edition - Economie - Tusquets Editores - groupe Planeta - édition indépendante


Alors que le groupe espagnol avait échoué dans sa tentative de récupérer Anagrama, c'est sur un autre éditeur que Planeta a jeté son dévolu. Ainsi, le groupe vient de se porter acquéreur d'une partie du capital d'un des plus importants éditeurs indépendants, Tusquets Editores. Sans, évidemment, que le montant de la transaction soit dévoilé.

 

Le groupe de José Manuel Lara vient donc de mettre un pied dans l'édition indépendante, en occupant 50 % du capital social. Un accord qui, selon Tusquets permettra, non seulement l'accès à la plateforme massive que représente Planeta, un outil puissant et efficace, en matière de distribution. Mais surtout, c'est une collaboration active, qui servira évidemment les intérêts de la société. 

 

Le groupe de Lara dispose en effet d'un réseau marketing solide, au travers des librairies La Casa del Libro, ainsi que de le club Círculo de Lectores. Sans oublier que Planeta dispose d'une capacité à produire plus d'oeuvres, à des coûts moindres que ceux actuellement assumés par Tusquets Editores. 

 

 

 

Planeta reste le premier groupe espagnol, avec un chiffre d'affaires de 3 milliards € et un groupe qui pèse 36 maisons d'édition. Parmi les auteurs que détient Tusquets, on compte Almudena Grandes, Javier Cercas, Haruki Murakami ou encore Milan Kundera.

 

De quoi confirmer qu'il y a peu de chances que le groupe Editis, propriété de Planeta, tente réellement de se porter acquéreur de Flammarion, qui pourrait être cédé ce 2 mai, suite à la réunion des directeurs du Bureau de RCS MediaGroup. 

 

Beatriz de Moura, directrice depuis 1969, du groupe Tusquets explique que cette association est effectivement « un accord inhabituel ». D'abord, parce que la logique de Planeta est souvent de mettre la main sur des éditeurs ayant des dettes, et dont les conditions de fonctionnement après rachat étaient radicalement drastiques. 

 

L'intérêt pour l'éditeur indépendant était avant tout d'assurer une certaine sécurité, en période de crise, en rejoignant pour partie un grand groupe. Les questions de la distribution coûtent des millions d'euros chaque année, de même que les invendus et leurs retours, qui en font partie. A ce titre, Planeta va permettre de résoudre en partie ces problématiques. Enfin, il est important que l'indépendant se prépare le mieux possible à l'essor du livre numérique. 

 

À bien des égards, rejoindre Random House ou Mondadori représentait des alternatives pour répondre aux enjeux qui se posent. Cependant, des sociétés dont les capitaux proviennent de pays étrangers, et les sièges sociaux sont situés à l'extérieur de l'Espagne ne l'enthousiasmaient pas. Une forme de consolidation de l'édition espagnole, qui ne pouvait donc passer que par cet investissement de Planeta.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.