Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Plus de 100 000 exemplaires et une édition de luxe de “La servante écarlate”

Victor De Sepausy - 10.11.2017

Edition - Les maisons - Margaret Atwood servante - servante écarlate atwood - exemplaires vente Atwood


Remis en avant à l’occasion de la diffusion de la série américaine The Handmaid’s Tale diffusée sur Hulu puis OCS Max en France, le roman de Margaret Atwood est un succès qui ne se dément pas. En janvier dernier, le livre était numéro 1 des ventes en poche aux USA. Devenu un véritable manifeste féministe anti Donald Trump, l’ouvrage vient de passer les 100.000 exemplaires en France, réédité en poche chez Robert Laffont.

 

Marga
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

La série La servante écarlate, diffusée en juin dernier en France, avec Elisabeth Moss dans le rôle phare, a généré un engouement extraordinaire. Une réédition sortait en juin dernier dans la collection Pavillons Poche, accompagnant avec succès la série.

 

La romancière Margaret Atwood avait également publié en août dans la rentrée littéraire C’est le cœur qui lâche en dernier (trad. Michèle Albaret-Maatsch). Récompensée par le Prix des libraires pour la paix à Francfort et le Prix Franz Kafka à Prague, l’auteure n’en finit pas de conquérir des lecteurs qui découvrent ou redécouvrent son œuvre.

 

Margaret Atwood : “Un romancier rend toujours compte de la réalité”


 

Or, depuis octobre, l’édition poche a dépassé le cap de 100.000 exemplaires vendus en France, encourageant l’éditeur à proposer au public une édition collector.

 

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, servante écarlate parmi d’autres à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de sa femme. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler... 

En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Parue pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s’est vendue à des millions d’exemplaires à travers le monde. Aujourd’hui un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche de la réalité, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés.

 

 

La version de La servante écarlate est tirée à 20.000 exemplaires – un tirage limité nous confirme la maison, sans retirage. Cette édition reliée de luxe s’accompagne également de petits goodies, qui seront offertes pour l’achat de cet exemplaire spécial, ou pour l’achat de deux titres en format poche chez Pavillons. 

 

Avis aux amateurs, il faudra se ruer chez son libraire pour être servi : le titre est sorti ce 9 novembre...

 




 

Margaret Atwood, trad. Michèle Albaret-Maatsch – C'est le coeur qui lâche en dernier – Editions Robert Laffont – 9782221192092 – 22 €

Margaret Atwood, trad. Sylviane Rué – La servante écarlate, édition de luxe – Editions Robert Laffont, Coll. Pavillons Poche – 9782221203323 – 12,50 €