Plusieurs actions collectives d'auteurs contre Author Solutions

Antoine Oury - 15.05.2015

Edition - Justice - Authors Solutions - action collective - Penguin Random House


Depuis plusieurs mois, des auteurs s'organisent pour obtenir réparations de la part du service d'autopublication et de promotion Author Solutions, filiale du groupe Penguin. Les différentes procédures sont visiblement bien avancées, et les équipes de Authors Solutions seront convoquées au tribunal : Penguin, qui voulait se constituer du côté de la défense, s'est vu refuser cette demande par la juge.

 


Scales of Justice - Frankfurt Version

(Michael Coghlan, CC BY-SA 2.0)

 

 

La première plainte remonte à avril 2013, auprès d'un tribunal de New York, par les cabinets Giskan Solotaroff Anderson & Stewart LLP : d'autres procédures parallèles avaient été engagées dans l'Indiana, l'État où est basé Author Solutions. Deux autres class action ont depuis été engagées dans ce même État de l'Indiana, en novembre 2014 et en mars dernier.

 

« Nous avons opté pour une class action, parce que nous pensons qu'Author Solutions a traité les auteurs avec les mêmes pratiques que celles que nous dénonçons », souligne Oren Giskan, un des avocats, auprès du Bookseller. Autrement dit, les plaignants sont convaincus d'avoir de quoi convaincre d'autres auteurs potentiellement lésés.

 

La class action validée à New York en février dernier cite Kelvin James, Jodi Foster et Mary Simmons comme plaignants. Le service Author Solutions s'est opposé à la recevabilité de cette plainte, expliquant qu'elle « revient à un acte d'accusation creux contre les partisans d'Author Solutions et toute l'industrie de l'autopublication ». D'après le service, une telle procédure reviendrait à « ignorer le fait que la majorité des clients de Author Solutions sont satisfaits ».

 

Author Solutions sera seul face aux actions judiciaires, puisque Penguin s'est vu refuser une place du côté de la défense par la juge Denise Cote. Plusieurs dépositions d'employés d'Author Solutions ont été ajoutées au dossier, dont celle de Susan Dunn, directrice générale des services marketing, qui explique que « les auteurs eux-mêmes sont la première source de ventes de leurs livres », et que le service ne peut donc pas être pris en défaut.

 

Mais plusieurs autres témoignages font lever un sourcil, notamment celui de Don Seitz, vice-président de Author Solutions, qui expliquait ainsi que la maison d'édition pour auteurs autopubliés WestBow Press recevait des commissions sur les abonnements à Author Solutions vendus aux auteurs. Autrement dit, Penguin Random House et la maison-mère de WestBow, l'éditeur Thomas Nelson, se seraient entendus au détriment des auteurs.