medias

PODCAST – “Publishers Without Borders”, un espace pour tous les éditeurs (Simon de Jocas)

Nicolas Gary - 30.04.2020

Edition - International - Québec Simon Jocas - Publishers Without Borders - impact Covid éditeurs


LES MOTS EN BOÎTE – « Tous les éditeurs de tous les coins de la planète sont impactés par la situation, et je voyais qu’il y avait une opportunité de parler de cette réalité-là. » Simon de Jocas, éditeur québécois a mis en place un groupe Facebook “Publishrs Without Borders”, dans lequel peuvent se réunir les éditeurs du monde entier pour discuter de la crise actuelle et préparer l’après.


Simon de Jocas

 

Président des éditions les 400 coups, maison d’édition jeunesse basée à Montréal, Simon de Jocas a d’abord créé ce groupe pour remplacer les évènements littéraires qui étaient contraints d’annuler les uns après les autres « autour de nous les foires et les salons tombaient comme des mouches en plein été ».


Pour l’éditeur, plus que les ventes ce sont les rencontres qui font l’âme de ces manifestations. Des professionnels du livre avec qui l’on ne peut échanger qu’une à deux fois par an et avec qui il n’était plus possible de discuter. « Je me suis fait la réflexion que ça serait bien d’organiser quelque chose sur les réseaux sociaux, l’idée finalement c’était juste de rassembler des gens qui aiment le livre. » La bannière du groupe, en 23 langues différentes donne le ton, tout éditeur est bienvenu.
 




L’initiative qui se voulait modeste a pris rapidement de l’ampleur jusqu’a rassembler 2000 éditeurs et associations après un mois seulement de mise en ligne. Simon de Jocas souhaite cependant que ce projet ne se transforme pas en « un centre commercial » et espère que la page reste avant tout un lieu de discussion, ce qui implique de la modération. Pour cela l’éditeur, qui, de son propre aveu, n’est pas très porté sur la technologie, a reçu des propositions d’aides venues de partout. « J’ai eu trois personnes, trois continents, trois langues différentes qui s’offraient pour donner un coup de main. »

 

QUÉBEC : Le “consommer local” au secours


Les échanges sont assez libres et on y discute de sujets professionnels comme de sujets plus personnels, de l’exploitation du livre numérique au menu du midi. Le groupe vit désormais tout seul, et l’ambiance ressemble à celle d’un verre que l’on prend après un salon pour continuer à discuter : « on est dans l’après Francfort virtuel. »
 

Exception culturelle


Le Canada fait figure d’exception dans son traitement des acteurs du livre pendant la crise, et même si la demande de subvention ou de participation aux programmes d’aide n’est pas toujours aisée, Simon de Jocas l’avoue : « Nous sommes, au niveau du Québec et du Canada, assez choyés. » Heureusement d’ailleurs, car comme dans le reste du monde, la chaine du livre est à l’arrêt.


 

 

Avec les librairies fermées, ce sont tous les acteurs de l’industrie qui sont fragilisés. « Pour tout le monde, il y a un problème d’encaissement, les libraires vont avoir du mal à payer les distributeurs ou même leur loyer, et les distributeurs auront de leur côté plus de mal à payer les éditeurs. » Pour l’éditeur le plus important est de ne laisser aucun maillon seul face la crise pour ne surtout pas briser la chaine dans son ensemble.
 

Le québécois est néanmoins confient et « ressent un désir collectif de trouver des solutions ». Le Québec est en effet particulièrement attaché à sa culture. Seule province francophone du Canada, la région a longtemps bataillé pour préserver sa langue et ses particularités.


L’importance de la culture québécoise pour les habitants de la province se faisait sentir bien avant le confinement avec par exemple l’initiative « j’achète un livre québécois » lancée le 12 aout dernier. Et Simon de Jocas de conclure : « C’est une culture et une fierté qui est profonde et qui ne datent pas d’hier. »

 
 

Dossier - Les Mots en boîte, le livre et ses secrets de cuisine

Jingle réalisé par Planète Event 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.