Polar contre réalité : Franck Thilliez et l'Institut Pasteur face au coronavirus

Victor De Sepausy - 09.03.2020

Edition - Société - Franck Thilliez coronavirus - Institut Pasteur coronavirus - recherche maladie cagnotte


Il avait publié Pandemia en 2015, réunissant autour de l’Institut Pasteur une équipe de chercheur. Et dans les pas de Patrick Berche, il évoquait le vivant pour détruire le vivant. Mais Franck Thilliez n’a pas forcément le goût de l’ironie trop prononcé. Son épidémie de grippe qui paralysait Paris fait écho à l’actualité médicale du jour : le coronavirus. 


 

L’équipe autour de Nicolas Bellanger, commissaire au 36 quai des Orfèvres, vivait tout du drame : des collègues frappés par la grippe, alors que les scientifiques établissaient un lien entre des groupes d’oiseaux migrateurs et la propagation de la maladie. En matière de polar, le romancier français tapait fort.

« C’est une arme effrayante qui est gravée dans l’inconscient collectif des gens avec les épidémies de peste, de grippe espagnole, Ebola. Les pandémies font peur, les scientifiques le répètent. Elles sont incontrôlables. Les pandémies quand elles passent, elles ravagent l’être humain, mais laissent tout le reste intact. c’est ça qui a été mon moteur d’écriture », racontait-il à RTL.

Mais autant l’homme apprécie de raconter de sombres histoires, autant découvrir que la réalité cherche à débarquer dans ses fictions lui donne l’envie de retrousser ses manches. Et c’est toujours avec les chercheurs de l’Institut Pasteur de Lille, dont il est parrain, qu’il prête son image pour la recherche contre le coronavirus. 

L’établissement « lance un appel à soutien pour lutter contre les coronavirus. Les chercheurs ont besoin de nous pour mieux connaitre le fonctionnement de ce virus et enrayer l’épidémie », reprend le romancier. Mais cette fois, « ce n’est pas une fiction. Les chercheurs ont besoin de nous tous ». Et de faire appel alors aux dons de tout un chacun, pour aborder la recherche plus fortement. 
 
Les renseignements, réactions et dons, pourront se retrouver et se faire à cette adresse. Pour l’heure, 1785 € de cagnotte ont été accumulés, peu encore pour enrayer l’épidémie, mais un bel effort à partager. 
 


La cagnotte lancée le 14 février continue de monter, et Franck Thilliez ne manque pas non plus de remercier ici ceux qui l’avaient aidé dans ses recherches pour l’écriture de Pandémia. « Vous êtes formidables et je remercie de tout cœur tous ceux qui ont participé. Merci également aux relayeurs de mes messages, qui les propagent sur leurs propres réseaux, c’est une aide très précieuse. »


Commentaires
Bienvenue en France... L'État file des milliards à ses copains milliardaires et n'est pas foutu de financer un institut qui est en train d'étudier le coronavirus !

On est vraiment dirigé par des guignols !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.