Polar et justice : L'Opus Dei en croisade judiciaire contre Camino 999

Clément Solym - 04.12.2008

Edition - Justice - Opus - Dei - procès


Vainqueur du prix SCNF du polar, Camino 999 traite de l'Opus Dei, et le présente « comme une organisation criminelle réelle », selon les intéressés. Et le 22 novembre 2007, un procès avait débuté, dans lequel l'OD réclamait 30.000 € de dommages-intérêts.

Le JDD nous rappelle qu'aujourd'hui, le livre vendu à 17.000 exemplaires retourne devant les juges et selon l'avocat Alexandre Varaut, le livre impute à l'organisation « des détournements de fonds publics et l'organisation d'assassinats, et plus généralement un comportement constamment délictueux et criminel ».

Camino, c'est une allusion directe au fondateur Josémaria Excriva de Balaguer, un Espagnol canonisé en 2002. Et ô surprise, l'Opus Dei revient avec un appel pour qu'on lui donne les 30.000 € dont on l'avait précédemment débouté.

« Je n'ai fait que mon travail de romancier, explique-t-elle. Je l'ai fait honnêtement, en me documentant et en citant mes sources. Je ne comprends pas ce qu'on me reproche », explique Catherine Fradier, l'auteure. Depuis 2005 qu'elle a raccroché la casquette d'agent de la paix, elle ne fait qu'écrire : « C'est assez perturbant pour un auteur de se rendre au tribunal. Je suis en train de rédiger un roman sur une multinationale qui vend des OGM, et je crois que je ne donnerai pas son nom. »

Et du côté de l'éditeur, Après la lune, une issue défavorable, c'est la clef sous la porte assurée, explique son directeur, Jean-Jacques Reboux. Son avocat, Me Emmanuel Pierrat va défendre la liberté d'expression dans cette affaire, en rappelant que le Da Vinci Code, qui donne à certains des envies d'études théologiques, n'avait pour le coup pas été poursuivi par l'organisation.

Alors, s'en prendre à un petit éditeur... quel manque de charité.