medias

Politique du livre au Québec : les candidates en campagne

Nicolas Gary - 18.09.2018

Edition - International - politique livre québec - campagne électorale culture - alphabétisation bibliothèques lecture


Ce 17 septembre, les quatre candidates aux élections générales provinciales 2018 des principaux partis politiques québécois avaient été convoquées. Ou invités à s’exprimer, à Montréal, dans le cadre de Livres Québec 2018, organisé par sept associations professionnelles.

 


crédit : François Couture

 

Répondant tant aux questions du public – un parterre de professionnels du livre – que des représentants des organisations, se sont ainsi retrouvées autour de la table des discussions : 

 

• Marie Montpetit – Parti libéral du Québec, Actuelle ministre de la Culture et des Communications et candidate dans la circonscription Maurice-Richard
• Manon Gauthier – Coalition Avenir Québec, Candidate dans la circonscription Maurice-Richard
• Catherine Fournier – Parti Québécois, Candidate dans la circonscription Marie-Victorin
• Marie-Josée Forget – Québec solidaire, Candidate dans la circonscription Anjou-Louis-Riel


« C'était un exercice qui a obligé les partis à se pencher sur le livre et en soi, c'est une bonne chose parce qu'évidemment, la Culture est la grande absente de cette campagne électorale », commente un observateur auprès d’ActuaLitté, présent durant ces échanges.
 

Déplorant malgré tout que la formule laisse peu de place au débat – chaque candidate présentait ses arguments dans une sorte de speed-dating d’une dizaine de minutes, le tout suivi de questions de l’assistance –, on retiendra que les enjeux de l’alphabétisation étaient relativement sous-traités. En effet, la moitié de la population du Québec est analphabète fonctionnelle.

 

Seuls PQ et QS ont tenté d’apporter des réponses au sujet. Le premier a lancé l’idée d’une « décennie de l’alphabétisation », ce qui a laissé dubitative une bonne partie de l’assistance. Quels seraient le périmètre d’action et les mesures concrètes ? Difficile à cerner. Pour autant, le parti dispose d’une politique très claire autour du livre : offrir chaque année un ouvrage aux élèves dans les écoles, ou encore la mise en place d’un passeport culturel de 50 $.

 

On voit revenir les mêmes errances que depuis le Bonus Cultura de Matteo Renzi, ancien Premier ministre italien, ou encore le Pass Culture soutenu par Emmanuel Macron... 

 

Pour QS, deux axes prédominent. Tout d’abord, on parle de la création d’un commissariat à la lecture, en charge de travailler à une action transversale avec tous les ministères – et pas simplement celui de la culture. L’autre enjeu est celui de la gratuité scolaire, un des piliers de la campagne. Enfin, on évoque la mise en place d’une direction du livre à la SODEC (organisme de financement).

 

QS comme PQ s’entendent pour soutenir un prix réglementé du livre. C’est pourtant alors que PQ était au pouvoir qu’une législation autour du prix de vente des livres a presque été adoptée. Mais en perdant les élections qu’il avait lui-même déclenchées, le parti s’est tiré une balle dans le pied – emportant la législation avec lui. 

 

Québec : sans subventions,
quelles sciences sociales et humaines demain ?

 

Côté CAQ, ce sont les bibliothèques qui avaient voix au chapitre. Manon Gauthier, ancienne responsable de la culture pour la ville de Montréal était spécifiquement en charge du dossier des bibliothèques – calée sur le sujet donc. Elle a ainsi mis en avant la possibilité d’une loi sur les bibliothèques publiques, pour garantir un meilleur maillage.

 

Prenant en effet l’Amérique du Nord pour exemple, et le nombre d’établissements disponible, elle indiquait que des efforts pouvaient être opérés. Le Devoir précise par ailleurs qu’il s’agirait de remplacer la loi de 1959. 

 

Quant à l’actuelle ministre de la Culture, Marie Montpetit, elle aura principalement axé son intervention sur son propre bilan, et sur l’adoption de sa politique culturelle. Évoquant le plan librairie, que le secteur aurait manifestement accueilli avec ferveur, elle a surtout souligné les hausses de budget accordées à la SODEC.  

 

Tous les partis ont souligné que la politique culturelle faisait consensus dans le milieu et qu’ils la reconduiraient s’ils étaient portés au pouvoir.
 

On peut retrouver l'intégralité de la captation ci-dessous : 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.