Porte et Guillongate : Patrick Raynal refuse France Inter

Clément Solym - 23.06.2010

Edition - Société - Patrick - Raynal - boude


Le renvoi de Didier Porte et Stéphane Guillon ne sera pas sans conséquence immédiate pour France Inter. L'éditeur et romancier, Patrick Raynal a décidé de ne plus y remettre les pieds tant que les humoristes ne seront pas de retour.


Il était invité à la première de l'émission Procès verbal qui doit avoir lieu ce dimanche 27 juin à 10h. S'il avait initialement accepté avec plaisir cette invitation, les dernières nouvelles l'ont fait changer d'avis. Il n'ira pas.

Dans une tribune libre sur Rue 89, il explique pourquoi :
« Le tandem Hess/Val, dont on savait qu'il devait sa nomination au maître du château lui-même, a eu vite fait de balayer les quelques scories qui craquaient encore sous les talonnettes de Zébulon et, à l'heure où les scandales s'accumulent sous les fenêtres du palais comme les ordures de Naples en grève des éboueurs, il a viré les deux seuls esprits à la fois drôles, indépendants et, surtout, assez tonitruants pour être aussitôt repris dans la presse et dans la rue ».
Revenant sur les propos de Jean-Luc Hess : « L'humour ne doit pas être confisqué par de petits tyrans », l'auteur espère que l'on se rendra compte à quel point, il s'agit là d'une « autocritique inconsciente ».

Il est aussi revenu sur le « besoin vital » d'avoir des humoristes dans un « pays où l'odeur de corruption a dépassé depuis longtemps celle de la pollution » ajoutant « Porte et Guillon étaient nos masques à gaz ».

On appréciera aussi (beaucoup !) que nos confrères publient cette fois l'intervention bienvenue d'un bonhomme qui comprend les enjeux de la situation et non un Thomas Legrand, drapé dans sa dignité, avec l'impression que sa virginité radiophonique avait été souillée par Didier Porte.