Pottermore, un mauvais sort jeté aux éditeurs

Clément Solym - 30.03.2012

Edition - International - Pottermore - J.K. Rowling - ebooks Harry Potter


Le mise en ligne des versions ebooks d'Harry Potter a fait du bruit : d'abord, il y a cette centralisation des ventes, qui a même fait plier Amazon, puis l'utilisation d'un sous-DRM, le watermark, pour protéger les versions numériques du piratage. (voir notre actualitté) Mais à trop s'intéresser aux conditions de la vente aux lecteurs, on en oublierait presque qui est à l'origine de celle-ci : J.K. Rowling, sans intermédiaire ou presque.

 

J.K. Rowling crache-t-elle dans la soupe ? Alors qu'elle fut découverte et tirée de l'anonymat par un éditeur « traditionnel », Bloomsbury Publishing, l'auteure d'Harry Potter vient de se délester de tous les intermédiaires assimilables de près ou de loin à des éditeurs pour le lancement des versions numériques de sa saga. Intolérable : si le premier tome d'Harry Potter avait été écrit en 2011, il serait probablement en tête des ventes des autoédités Kindle...

 

« exclusive » : pas besoin de traduction, si ?

 

En effet, le site Pottermore appartient à J.K. Rowling, bien qu'elle ne se soit pas vraiment investie à fond pour sa promotion et sa défense. (voir notre actualitté) Le PDG de Smashwords, Mark Coker, a estimé que Rowling touche entre 70 et 90 % sur les ventes des ebooks et audiobooks du sorcier, contre les 17,5 % qu'un éditeur lui aurait accordé, au maximum, dans le même cas de figure. « Les éditeurs traditionnels ne peuvent pas rivaliser, c'est clair. Les auteurs ont maintenant le contrôle, et leur force grandit de jour en jour » a-t-il commenté.

 

Même si Sony a apporté sa contribution à la plateforme, la majeure partie des revenus générés par la commercialisation des livres numériques reviendra à Rowling, et pourra peut-être lui permettre de retrouver sa place, perdue début mars, dans le classement des milliardaires de ce monde. C'est d'ailleurs cet élément, d'après Coker, qui lui a donné le pouvoir de dicter ses conditions aux mondes de l'édition et de l'e-commerce.

 

« Combien de centaines de milliers, ou même de millions de dollars J.K. Rowling a-t-elle mis sur la table pour ce projet ? Je n'en sais rien, mais il s'agit probablement d'un chiffre assez élevé pour ôter l'envie à n'importe quel auteur de la liste des best-sellers du New York Times de faire de même » conclut le PDG de Smmashwords. 

 

Les éditeurs auront donc toujours leur best-seller ponctuel : en ce moment, il répond au nom de 50 Shades of Grey... (voir notre actualitté)




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.