Pour cet été, le roman historique sera sexy au Québec

Clément Solym - 18.06.2008

Edition - Société - romans - historiques - vente


Si les libraires de LivresQuébecois ne le savent pas encore, les romans historiques seront les petits pains au lait de nos enfances pour cet été. Du moins outre-Atlantique. Manifestement en vogue depuis quelques années, cet été sera encore abondant en termes de sorties portant sur les années de jadis, les dames du temps passé, etc., à moins que je ne m'emmêle les pinceaux.

Car contrairement aux romans classiques, qui tirent entre 300 et 100.000 exemplaires, un bon roman historique peut rapporter entre 15.000 et 60.000. Moins aléatoires et plus prisés de ces dames, ils représentent pour l'éditeur une valeur sûre.

Arnaud Foulon, éditeur à la maison Hurtubise HMH de la section histoire, témoigne que ces livres sont d'autant plus propices à la période estivale qu'ils sont plus imposants, et prennent la saison pour être lus. « On regrette tous le fait que les gens connaissent peu leur histoire », ajoute-t-il.

Ensuite, les auteurs s'installent dans des éléments qu'ils contrôlent et explorent. Jean-Pierre Charland campe dans une époque, un peu comme notre Christian Jacq. Ou Michel David, qui lui puise dans son passé et celui de sa famille... Un exercice périlleux, puisqu'« il faut trouver l'équilibre entre l'intrigue et les éléments historiques. Il ne faut pas avoir l'air d'un professeur ».