Pour dynamiser Detroit, les clés d'une maison pour chaque écrivain

Antoine Oury - 19.12.2013

Edition - International - Write a House - Detroit - maison


Les difficultés économiques et sociales de la ville de Detroit sont connues depuis des années, et la ville porte aujourd'hui dans ses rues les stigmates de cette déchéance, après la crise de l'industrie automobile sur laquelle reposait l'essentiel des finances municipales. Après l'exil des habitants, la plupart des maisons sont abandonnées, mais une initiative originale envisage de faire de Detroit un vivier d'écrivains...

 


 

 

Les différentes habitations de la ville sont en déshérence, ouvertes aux quatre vents et ne font plus que se dégrader à vue d'oeil. Pour éviter la désertion complète et la transformation de Detroit en ville-fantôme, l'association Write a House, fondée par des écrivains et des habitants en 2012, met aujourd'hui en place un programme plutôt original.

 

En effet, après dépôt d'un dossier et phases de sélection couronnées de succès, un écrivain prétendant pourra bénéficier d'une maison remise à neuf, gratuitement. « Write a House est un détournement de la résidence d'auteur. Chez nous, l'auteur reçoit simplement une maison, pour toujours », assure le site. « Notre tactique principale utilise comme levier la disponibilité des maisons abandonnées pour promouvoir l'éducation, la propriété, le voisinage et les arts créatifs », détaillent de leur côté les militants.

 

En effet, avec la chute de l'immobilier, acheter et rénover une maison revient finalement moins cher que proposer une résidence dans un lieu cossu, tout en participant à la renaissance de Detroit. L'organisation garantit à l'auteur une maison habitable à 80 %, au minimum, et devra y rester au moins 2 ans avant de recevoir le titre de propriété. Son dossier sera scrupuleusement étudié, mais aussi sa sympathie envers le voisinage. Taxes d'habitation et assurances seront également à sa charge.

 

Si sa candidature est satisfaisante, la maison deviendra la sienne, sans restriction. Les militants derrière cette initiative espèrent délivrer 3 maisons par an, et surtout créer une « colonie littéraire » à Detroit.

 

(via TeleRead)