medias

Pour faire parler de son livre, l'usurpation d'identité est une mauvaise idée

Cécile Mazin - 07.01.2016

Edition - Société - usurpation identité - auteure indépendante - groupe édition


Pour attirer l’attention des médias sur son livre, une auteure a monté une arnaque de haute voltige. Elle a prétendu être l’assistante marketing du groupe Penguin Random House, en charge des relations avec les blogueurs. Et voici qu’elle sollicite un blogueur, avec des arguments particulièrement alléchants. Un exemple de catfishing, ou usurpation d’identité qui laisse rêveur.

 

 

 

Corinne Christine Catlin ne doutait de rien : tout a débuté dans sa correspondance avec une adresse email personnelle, s’adressant à Jon, qui blogue pour Bookish Antics. Elle propose alors de travailler avec la filiale PenguinTeen, et voici que le blogueur se laisse embarquer. Elle lui propose de recevoir un livre par mois, ou moins, pour une chronique, non sans une certaine maladresse, mais les échanges ne font que commencer. 

 

Assez troublé, Jon accepte malgré tout, mais se décide à effectuer quelques recherches : les résultats semblent confirmer ce que la jeune femme lui affirme, et voici qu’il se rassure. Il confie alors son adresse personnelle à la Corinne, en toute confiance. Surtout que de nouveaux échanges par email arrivent, cette fois avec une adresse qui semble absolument officielle  

 

Miracle : il reçoit peu de temps plus tard un courrier, avec en-tête aux couleurs de Penguin Random House, et quelques mots, pour accompagner un livre... qui lui ne ressemble pas vraiment à la collection Penguin Young Readers. Au contraire, tout porte à croire qu’il s’agit d’un livre publié par un auteur indépendant – sauf que l’ouvrage est en format poche, et que le blogueur se ravise. 

 

Manifestement, d’autres blogueurs ont été sollicités par cette vraie-fausse employée. Jon assure avoir alerté PRH : le service juridique de la société est rapidement intervenu. Manifestement les comptes de réseaux sociaux où elle se présentait comme employée du groupe ont été mis hors ligne. Mais le stratagème impressionne. (voir son récit)

 

 

 

Voilà un mois, le PDG de HarperCollins UK, Charlie Redmayne, mettait en garde toute l’édition, considérant que les cyberattaques n’épargneraient pas le secteur de l’édition. 

 

« [Les éditeurs] sont de plus en plus menacés par ceux qui veulent accéder à nos systèmes, nos comptes de messageries, nos bases de données de consommateurs en même temps que nos comptes bancaires – les outils mêmes qui nous permettent de fonctionner. »

 

Et d’inciter ses collègues à se montrer prudents : « Chaque jour, nous sommes attaqués – depuis les piratages les plus complexes, en passant par les virus et les chevaux de Troie. Et des vagues d’emails d’hameçonnage – certains sont ridicules, d’autres très intelligents – et une erreur, une maladresse d’un membre du staff, et on se fait tous avoir. »

 

On ne pensait pas que les illustrations arriveraient si rapidement. Le problème est que si des auteurs indépendants jouent à ce genre d’imposture, cela risque de jeter le doute plus largement chez les chroniqueurs...


Pour approfondir

Editeur : Albin Michel
Genre : sociologie faits...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782226316646

Les génies de l'arnaque t.2

de Pierre Bellemare

Génie ? Le mot n'est pas trop fort pour qualifier tous ces personnages habiles à détourner les lois, à dépouiller les naïfs, à imaginer - souvent à prix d'or - des monts et merveilles de pacotille en pratiquant un art vieux comme le monde : l'arnaque. Génial, on peut le dire de cet homme qui vendit la Tour Eiffel à un ferrailleur innocent, de ce clown de cirque qui se fit passer pour le prétendant au trône d'Albanie, de cet héritier ruiné d'une vieille famille bretonne qui devint roi de Port-Praslin, un îlot perdu dans la mer de Corail, ou encore de cette dame si soucieuse de son prochain qu'elle vendait de coquets appartements. au Paradis. Même si la morale n'y est pas toujours sauve, ces 40 " chefs-d'oeuvre " retrouvés et racontés par Pierre Bellemare avec une verve et un humour communicatifs nous enchantent. Mieux encore, ils nous réchauffent le coeur quand, en vertu de la règle d'or de l'arroseur arrosé, un homme honnête parvient à rouler un assureur antipathique ou quand des jeunes gens charmants trouvent la recette parfaite du faux billet de 100 dollars.

J'achète ce livre grand format à 18.50 €